google analytics

01/10/2016

Marcel Proust

C'est avec des adolescents qui durent un assez grand nombre d'années que la vie fait ses vieillards.
Marcel Proust A la recherche du temps perdu, Le Temps retrouvé

a années 30.jpg

14/03/2015

Simone de Beauvoir - La Vieillesse

a.jpgLa tragédie de la vieillesse est la radicale condamnation de tout un système de vie mutilant : un système qui ne fournit à l’énorme majorité des gens qui en font partie aucune raison de vivre. Le travail et la fatigue masquent cette absence : elle se découvre au moment de la retraite. C’est beaucoup plus grave que l’ennui. Devenu vieux, le travailleur n’a plus sa place sur terre parce qu’en vérité on ne lui en a jamais accordé une : simplement il n’avait pas le temps de s’en apercevoir. Quand il s’en rend compte, il tombe dans une sorte de désespoir hébété. (…)

Les vieillards sont-ils des hommes ? A voir la manière dont notre société les traite, il est permis d’en douter. Elle admet qu’ils n’ont ni les mêmes besoins ni les mêmes droits que les autres membres de la collectivité puisqu’elle leur refuse le minimum que ceux-ci jugent nécessaire : elle les condamne délibérément à la misère, aux taudis, aux infirmités, à la solitude, au désespoir. Pour apaiser sa conscience, ses idéologues ont forgé des mythes, d’ailleurs contradictoires, qui incitent l’adulte à voir dans le vieillard non pas son semblable mais un autre. Il est le sage vénérable qui domine de très haut ce monde terrestre. Il est un vieux fou qui radote ou extravague. Qu’on le situe au-dessus ou en dessous de notre espèce, en tout cas on l’en exile. Mais plutôt que de déguiser la réalité, on estime encore préférable de radicalement l’ignorer : la vieillesse est un secret honteux et un sujet interdit.

C’est justement pourquoi j’ai écrit ces pages. J’ai voulu décrire en vérité la condition de ces parias et la manière dont ils la vivent, j’ai voulu faire entendre leurs voix : on sera obligé de reconnaître que c’est une voix humaine. On comprendra alors que leur malheureux sort dénonce l’échec de toute notre civilisation : impossible de le concilier avec la morale humaniste que professe la classe dominante. (…) Tout est à reprendre dès le départ : le système mutilant qui est le nôtre doit être radicalement bouleversé. C’est pourquoi on évite si soigneusement d’aborder la question du dernier âge. C’est pourquoi il faut briser la conspiration du silence.

La Vieillesse, Gallimard, Paris, 1970, Simone de Beauvoir

27/11/2014

Salon des pensées

Iconographie puisée chez le géant du pictorialisme belge, Léonard Misonne (Charleroi, 1870 - Gilly, 1943)

a art 1.jpg

Pensées sur l’âge 

Je n’ai plus l’âge de mourir jeune. (Jules Renard)

Quatre-vingts ans, c’est l’âge de la puberté académique. (Paul Claudel)

Qu’est-ce qu’un adulte ? Un enfant gonflé d’âge. (Simone de Beauvoir)

A un certain âge, les deux bras d’un fauteuil vous attirent plus que les deux bras d’une femme. (Gustave Flaubert)

a art 3.jpg

Pensées sur le repas

A tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir. La place demeure vide, mais le couvert reste mis. (René Char)

Les repas de famille ne consistent pas à se manger entre parents. (Jules Jouy)

a art 4.jpg

Pensées sur le temps

La pierre est un dos fait pour porter le temps (Federico Garcia Lorca)

Ils se contentent de tuer le temps en attendant que le temps les tue. (Simone de Beauvoir)

On ne possède rien, jamais, qu’un peu de temps. (Eugène Guillevic)

Il est grand temps de rallumer les étoiles. (Guillaume Apollinaire)

a aleo 1.jpg

Pensée sur la lassitude

C’est la pire lassitude, quand on ne veut plus vouloir. (Paul-Jean Toulet)

a aleo 2.jpg

Pensées sur le lit

Un lit est le meilleur des lieux de rendez-vous. (Thomas Overbury)

Le lit est un terrain d’entraînement du cercueil. (Woody Allen)

Si les poissons ne dormaient pas, à quoi servirait le lit des rivières ? (Anonyme)

Le lit est l’endroit le plus dangereux du monde, 99 pour cent des gens y meurent. (Mark Twain)

Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. (Charles Baudelaire)

a aléo a.jpg

Pensées sur l’espérance

L’espérance est le songe d’un homme éveillé. (Aristote)

L’espérance est la dernière chose qui meurt dans l’homme. (Diogène le cynique)

Le monde moderne n’a pas le temps d’espérer, ni d’aimer, ni de rêver. (Georges Bernanos)

Le souvenir est l’espérance renversée. On regarde le fond du puits comme on a regardé le sommet de la tour. (Gustave Flaubert)

Le fait est, on dirait, que tout ce qu’on peut espérer, c’est d’être un peu moins, à la fin, celui qu’on était au commencement. (Samuel Beckett)

a aléo 1.jpg

Pensées sur la vie

La vie est un livre suffisant. (Max Jacob)

La vie n’est pas raffinée. La vie ne se prend pas avec des gants. (Romain Rolland)

La vie est magnifique aussi longtemps qu’elle vous consume. (D.H. Lawrence)

La vie est une chose grave. Il faut gravir. (Pierre Reverdy)

L’esclave qui aime sa vie d’esclave a-t-il une vie d’esclave ? (Louis Scutenaire)