google analytics

31/01/2018

Jean Closset et Denys Colaux

La longue suite d'articles proposés par notre auteur maison et illustre doyen résidentiel, Jean Closset, fait parfois l'objet de petites réunions préparatoires. Voici une de ces séances, elle est  photographiée par Marie-Pierre. Que dire ? Ces rencontres, qui ont pour objet d'offrir au blog résidentiel quelques-unes de ses plus belles pages, sont plaisantes, allègres, passionnées, documentées, fondées sur une grande estime mutuelle.

SAM_0319.JPG

SAM_0320.JPG

SAM_0321.JPG

SAM_0324.JPG

SAM_0322.JPG

Onhaye, Jean Closset

Onhaye

0.1.jpg

Partant de Dinant en direction de Philippeville, par une route en élévation constante, on arrive sur le plateau à un gros village qui occupe l'arête du terrain et la partie sud du versant en direction d'Hastière. Ce village, c'est Onhaye. Cette vue aérienne montre au premier plan l'église et plus haut la route principale vers Philippeville. 

02.jpeg

L'église est de style néogothique en moellons de grès bâtie en 1860-1861 sur une construction plus ancienne. Elle est entourée par le cimetière. 

03.jpeg

L'église vue de face, dans son environnement. On remarque très bien que le clocher se trouve en avant du reste de l’édifice. 

04.jpeg

L'église dans son environnement fait de maisons anciennes. C'est dans cette église que se pratique le culte de saint Walhère. 

05.jpg

Paysage bucolique : le clocher effilé monte dans l'échancrure d'arbres d'un verger où paissent des chevaux.

06.jpeg

Tout est ici respire la paix de la campagne, l'église dominant un paysage fait de fermes et de troupeaux paissants.

07.jpeg

Une vue plus tardive montrant le panorama d'Onhaye dans les années 1960. 

09.jpeg

Vue de l’intérieur de l'église, avec, dans le chœur, l'autel principal décoré par une rangée de colonnades.

10.jpeg

L'autel de droite est dédié à saint Walhère dont nous voyons la statue surmontée d'un dais. Des vitraux de l'église retracent la vie du saint. 

11.jpeg

Partie du triptyque de la vie de saint Walhère. Celui-ci est né à Bouvignes au début du douzième siècle. Après des études de théologie, il devint curé d'Onhaye puis doyen de Florennes. Ayant été informé que le vicaire d'Hastière par-delà menait une vie dissolue, il alla le trouver pour le morigéner. Le vicaire ramena Walhère et dans la barque qui traversait la Meuse, lui asséna un violent coup de rame qui provoqua la mort. Le corps fut jeté à l'eau et le courant le transporta vers la rive gauche où il fut retrouvé. 

12.jpeg

Panneau central du triptyque. Le corps de Walhère sorti de l'eau fut mis sur un chariot. tiré par des chevaux qui refusèrent d'avancer. Les chevaux furent remplacés par deux génisses qui se mirent à gravir la colline jusqu'à Onhaye où le corps fut inhumé. Le culte de saint Walhère prit naissance et est toujours pratiqué aujourd'hui. 

13.jpeg

Voici la statue de saint Walhère portant une rame en souvenir de celle qui lui donna la mort. A côté, le buste reliquaire. Lors de la fête du saint, il était imposé sur la tête des pèlerins souffrant de maux de tête. 

14.jpeg

La châsse de saint Walhère conservée dans l'église. Elle repose dans le fond de l'église sur une pierre tombale. 

15.jpg

Drapelet de pèlerinage du début du vingtième siècle que les pèlerins portaient dans le procession. On y retrouve en résume la vie de saint Walhère : le coup de rame mortel, les génisses tirant le chariot vers l'église. 

16.jpeg

Autre drapelet de pèlerinage plus tardif. Ici, l'accent est mis sur la protection du bétail et d'autres animaux domestiques. 

17.jpeg

Chapelle de Bon Air, construite en 1629 et remaniée au dix-neuvième siècle. Elle est surmontée d'une belle croix en fer forgé. La porte est ornée d'une élégante rosette. 

18.jpg

Retable en bois datant du dix-septième siècle décoré de vues de la vie du saint, d'un Christ en croix et du buste du saint.

19.jpg

Vue de la rue étrangement appelée Casino. En fait, elle constitue une partie de la route de Philippeville, faisant suite à la rue abbé Hector Dujardin.

20.jpg

Imposant crucifix situé au carrefour de la rue du Forbot et de la rue Hinveau. Il date de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle. Cette vue est prise au cours des années 1920, alors que des arbres entourent la croix. 

21 - Copie.jpeg

La même vue, les arbres ont été coupés et le Christ repose sur un socle en moellon de grès, de forme polygonale. La croix est à huit branches, surmontées par des trilobes surmontés eux-mêmes de trilobes évidés. 

21a.jpg

Photo de 2017 montrant le crucifix tel qu'il est aujourd'hui, devant une maison éclatante de blancheur et modernisée. 

22.jpg

Vue datant des années 1920 d'une ferme située rue Gailaipont. Vers 1920, elle était exploitée par la famille Lambert-Noël. Ce fut un des rares immeubles à être épargné lors de l'incendie allumé par les Allemands le 23 août 1914.

23.jpg

Dessin de cette ferme extrait du livre "Onhaye et ses environs. Histoires et anecdotes des frères Noël". 

24.jpg

Photo actuelle des lieux due à l'obligeance du colonel Vincent Scarniet que je remercie vivement. 

25.jpg

Premières maisons de la rue du Forbot se situant près de l'esplanade séparant la rue du Forbot et la route de Dinant.

26.jpeg

Vue d'ensemble de l'esplanade citée ci-avant. A l'époque, le sol est encore herbeux d'où la présence d'un cheval. 

29.jpeg

Près de l'entrée de la rue du Forbot se dresse cette tour étrange au sommet crénelé. C'est une cabine électrique. Heureusement, aujourd'hui, elle a disparu. 

29a.jpeg

Environs de l'église où s'embranche la rue de Gailaipont. le caractère rural de la localité déjà se rend visible. 

31.jpeg

Nous voici au centre du village : de gauche à droite, la chapelle saint Walhère, au milieu les immeubles situés à l'arrière de celle-ci,  l'épicerie l’Élan à qui nous devons l'édition d'un carnet de cartes fixant le Onhaye des années 1930.

33.jpeg

La place communale d'Onhaye telle qu'elle se trouvait dans les années 1920, bordée d'une rangée d'arbres. 

33a.jpeg

La même place, trente ans après. La route qui délimite la place descend sur Weillen. 

34.jpeg

Vue générale d'Onhaye au carrefour entre la route de Dinant et l'amorce de la rue du Forbot. 

35.jpeg

La rue Abbé Hector Dujardin comporte comporte quelques beaux immeubles. Au loin, se dégageant de l'ensemble, la chapelle consacrée à saint Walhère. 

36.jpg

Vue aérienne du centre d'Onhaye, là où la route de Dinant et la rue du Forbot se séparent. Au milieu de la placette, l'immeuble qui deviendra un café et aujourd'hui une pâtisserie. Remarquons que la cabine électrique défigurant les lieux est toujours en place. 

38.jpeg

Voici la maison qui occupe un lieu central. A ce moment, elle est le café de la jeunesse, avec elle deviendra une pâtisserie renommée.

39.jpeg

Cette mare se trouvait au lieu-dit Ausrée du Vevy, c'est-à-dire une terre argileuse où il devait y avoir un vivier dans lequel autrefois on pouvait pêcher le poisson. La mare se trouvait le long de la rue Abbaye prolongée par la rue de Weillen. La mare n'existe plus, le terrain argileux et spongieux a été asséché lors des travaux de contournement autoroutier. 

40.jpg

Depuis 1905, une ligne vicinale a relié Dinant à Florennes en passant par Onhaye, Anthée, Morville, Falvion, Rosée et Corenne.  Ce vicinal nous le voyons à son point d'arrêt le long de la route de Philippeville.  Ce convoi se composait de la  locomotive à vapeur, de deux wagons pour voyageurs et d'un fourgon servant au transport des colis.

41.jpeg

Vue de la carrière de granit, propriété de Gérard & Dubois à Onhaye. Cette carrière se trouvait dans le voisinage de la route descendant vers Hastière.

42.jpg

Voici les moellons extraits de la carrière.

43.jpeg

Lors des manœuvres de l'armée belge en 1913, les états majors se sont regroupés sur la place communale d'Onhaye.

44.jpeg

Le 23 août 1914, de durs combats eurent lieu entre Français et Allemands. Finalement, les Français furent contraints à la retraite. Nous voyons ici des officiers allemands passant devant des Français faits prisonniers.

45.jpeg

Voici une tombe collective pour douze militaires allemands du 106 e régiment tombés au combat. 

46.jpeg

Une autre tombe de soldats allemands du 106 e régiment. 

47.jpeg

Une autre tombe collective de soldats allemands du même régiment. Remarquons que ces trois tombes sont d'un modèle chaque fois différent. 

48.jpeg

Vue du cimetière d'Onhaye situé rue du Forbot. Les corps des militaires tombés au combat dans la région y reposèrent, les Français d'un côté, les Allemands de l'autre. Sur la vue, il ne reste plus que les tombes allemandes qui, à leur tour, seront transférées dans de grands cimetières militaires. 

49.jpeg

Cérémonie organisée lors du rapatriement d'un soldat d'Onhaye décédé pendant la guerre 14-18. les drapeaux ouvrent la marche. 

50.jpeg

La même cérémonie :le clergé suivi du cercueil porté sur les épaules. 

51.jpeg

Monument érigé le long de la route menant à Onhaye, au-dessus de du fond de Foqueux. Il a été élevé par l'amicale du 102 e RAL en hommage à leurs camarades tombés en mai 1940.

17/01/2018

Denée (Jean Closset)

Denée

001 Denee.jpg

Vu du ciel, le centre de Denée apparaît comme un tapis où alternent le gris des maisons, le vert sombre des frondaisons, le vert clair des prairies. Quelle paix se dégage de ces paysages ! 

002 Denee.jpg

La commune de Denée est vaste et porte sur 1.040 hectares. Les terres se culture s'étendent sur 400 hectares, les prairies sur 300 hectares. On en conclura donc que l'agriculture est l'activité principale du lieu. 

003 Denee.jpg

Sous l'ancien régime, Denée était une enclave de la Principauté de Liège. A l'exception de ses hameaux, Maredsous et Maharenne qui dépendaient du comté de Namur. La République française, en créant en 1795 le département de Sambre et Mesure, a unifié le territoire. 

004 Denee.jpeg

Il se trouve de nombreuses fermes à Denée. En voici une, la ferme du château qui date au moins du dix-septième siècle.

005 Denee.jpeg

Un troupeau nombreux sort des étables pour se rendre dans les pâturages. 

006 Denee.jpeg

Ceci est une vue datant de 1944. A ce moment la ferme était exploitée par le fermier Delvaux.

007 Denee.jpeg

Au dix-septième siècle, le château-ferme était entouré de douves franchies par un pont-levis. De part et d'autre du portail, remarquons les glissières pour le maniement de ce pont.

008 Denee.jpeg

Le château-ferme a été rénové et embelli. Les propriétaires occupent la partie château. 

008a Denee.jpeg

Cette vue des années 1950, nous montre combien était importante la masse du château-ferme à l'arrière de l'église.

009 Denee.jpeg

L'église, de style néo-classique, est bâtie en briques avec pierres bleues aux angles. Elle est précédée d'un porche en pierre. Sa construction date de 1849. Elle fut restaurée en 1898. 

010 Denee.jpeg

L'intérieur de l'église comporte un autel principal et deux autels latéraux. Les fonts baptismaux sont datés de 1571

011 Denee.jpg

Nous voici arrivés à la place communale qui se présente comme un vaste quadrilatère entouré de maisons. A la partie supérieure se trouve une fontaine. On distingue d'ailleurs une femme portant deux seaux d'eau. la carte date de 1910 environ.

012a Denée.jpeg

La place en 1950. On remarquera la forte déclivité du sol. 

013 Denee.jpeg

Le bas de la place vers 1950. Il s'y trouve encore une petite épicerie.

014 Denee.jpeg

La place avec vue sur l'église. A cette époque la circulation des véhicules est réduite si bien que des poules peuvent picorer en toute tranquillité. 

0015 Dnee.jpeg

La place en 1935. A droite se trouve un café, siège du club de football et de la balle pelote. A sa gauche, une épicerie.

016 Denee.jpeg

La place en 1910 avec un groupe d'enfants sortant de l'école. Remarquons que le sol est toujours à l'état naturel : la route est empierrée et les abords herbeux.

017 Denee.jpeg

La place vers 1950, la route est toujours empierrée et les abords à l'état naturel. Des enfants y jouent. 

018 Denee.jpeg

Le haut de la place avec la fontaine décorée d'arbustes. La route est maintenant goudronnée. 

019 Denee.jpeg

Vue de la place vers 1910. Une charrette attelée, un café, des poules picorant, c'est le tableau de la vie villageoise.

019a Denee.jpg

Autrefois, chaque village avait son épicerie, voici l'épicerie Delhaize. La moto indique l'époque : 1920. 

020 Denee.jpg

La place de Denée vers 1980. La déclivité du sol a été corrigée, le tout est revêtu de béton goudronné. 

021 Denee.jpeg

Les environs de Denée, une succession de vergers, de potagers et de prairies. 

022 Denee.jpg

Derrière l'église, remarquons la masse imposante du château-ferme. 

023 Denee.jpeg

Autour de l'église court un petit chemin au caractère bucolique. 

024 Denee.jpg

Voici le carrefour le plus important de Denée, il conduit au centre du village à la route de Bioul et en direction de la route de la Molignée. En 1910, les enfants peuvent encore y jouer sans crainte.

 

026 Dnee.jpeg

Le même carrefour où se trouve l'école communale bâtie en 1862 et une chapelle dédiée à sainte Barbe construite en 1855. 

027 Denee.jpeg

Le même carrefour où nous pouvons admirer un bel attelage de quatre chevaux.

027a Denee.jpeg

Cette vue date environ de 1930. La chapelle est toujours dominée par ses tilleuls. 

028 Denee.jpeg

Une vue plus moderne du lieu. L'école y est bien visible. 

029 Denee.jpg

Le château de Denée-Maredsous, à la façade bien symétrique et à l'aspect altier. Il sera incendié en 1953.

030 Dnee.jpg

Le même château vu de côté montre combien sa structure était importante. 

032 Denee.jpeg

Après l'incendie, le château est reconstruit mais dans des proportions plus modestes. 

033 Denee.jpeg

La conciergerie du château primitif. Elle était en proportion de ce qu'était le château. 

034 Denee.jpeg

Voici le Château de la Tilette situé sur la rue du même nom.

035 Denee.jpeg

Ce même château fut dans les années 1930 une pension de famille.

036 Denee.jpeg

Nous voici dans la rue Haute parce que se trouvant dans la partie la plus élevée du village. Il s'y trouve une maison qui est sans doute une épicerie. 

037 Denee.jpg

Dans la rue Haute, un coin reposant et sympathique. 

037a Denee.jpeg

C'est dans rue Haute que se trouvait une carrière d'où on extrayait du marbre noir. 

038 Denee.jpeg

Rue de Maredret à l'aspect typiquement villageois. 

040 Denee.jpeg

Rue d'Hermeton. Toujours le caractère villageois domine.

041 Denee.jpg

L'extraction du marbre noir et du petit granit était très ancienne à Denée. En 1910, on comptait encore 13 carrières en activité : 8 extrayant le marbre noir et 5 le petit granit. 

042 Denee.jpeg

La dernière carrière en activité se trouvait rue Haute. Aujourd'hui elle est fermée. 

042a Denee.jpeg

En descendant la route de Maredsous, on remarque un ensemble de bâtiments. C'est un très ancien moulin à farine.

043 Denee.jpg

Le bief du moulin et ses bâtiments. 

044 Denee.jpg

Vue générale du moulin avec, à l'avant-plan, le bief. 

045 Denee.jpeg

Profitant de l'eau claire du ruisseau, une culture de cresson est crée à côté de l'ancien moulin.

046 Denee.jpg

En aval du vieux moulin, il y en avait un autre de taille modeste. 

047 Denee.jpg

Le petit moulin à l'abandon vers 1910. 

049 Denee.jpeg

La route de Dinant passant tout d'abord à Maredsous pour rejoindre la vallée de la Molignée.

050 Denee.jpeg

Voici une autre vue sur cette route.

052 Denee.jpeg

Encore un autre aspect de cette route vers Dinant.

053 Denee.jpg

Vue de la pente assez raide de la route vers Maredsous.

054 Denee.jpeg

Enfin apparaissent les tours de l'église de l'abbaye de Maredsous.

055 Denee.jpg

Vue d'ensemble de l'imposante abbaye.

057 Denee.jpg

Vue de la gare de Denée-Maredsous et des voies de la ligne 150. Cette gare était très active étant le lieu où débarquaient de nombreux pèlerins en marche vers l'abbaye. 

058 Denee.jpg

Un groupe de pèlerins s'apprête à gravir la route vers l'abbaye. Ici nous sommes vers 1910, les vêtements des dames l'attestent. 

060 Denee.jpeg

Le 15 mai 40 eut lieu un violent combat entre les blindés de Rommel et les chars français. Les vues qui suivent des chars français détruits au cours des combats qui tournèrent à l'avantage des Allemands.  Ceux-ci inspectent le matériel français détruit. 

061 Denee.jpg

Cette vue est particulièrement tragique. l'équipage d'un char français gît à côté de son char détruit. 

062 Denee.jpg

063 Denee.jpeg

064 Denee.jpeg

Les Allemands ont rassemblé en un même lieu le matériel français détruit durant les combats.

065 Denee.jpeg

Au carrefour de Denée fut élevé un monument surmonté d'une croix de Lorraine, à la gloire des militaires français tombés au combat. Il porte le texte ci-après : "A l'héroïque mémoire des soldats français de la neuvième Cie du 37e Bon de chars, des 39e et 129e Régiments d'infanterie, du 1er G.R., Escadron AMD, tombés ici pour la France et la Belgique, le 15 mai 1940"