google analytics

17/01/2018

Denée (Jean Closset)

Denée

001 Denee.jpg

Vu du ciel, le centre de Denée apparaît comme un tapis où alternent le gris des maisons, le vert sombre des frondaisons, le vert clair des prairies. Quelle paix se dégage de ces paysages ! 

002 Denee.jpg

La commune de Denée est vaste et porte sur 1.040 hectares. Les terres se culture s'étendent sur 400 hectares, les prairies sur 300 hectares. On en conclura donc que l'agriculture est l'activité principale du lieu. 

003 Denee.jpg

Sous l'ancien régime, Denée était une enclave de la Principauté de Liège. A l'exception de ses hameaux, Maredsous et Maharenne qui dépendaient du comté de Namur. La République française, en créant en 1795 le département de Sambre et Mesure, a unifié le territoire. 

004 Denee.jpeg

Il se trouve de nombreuses fermes à Denée. En voici une, la ferme du château qui date au moins du dix-septième siècle.

005 Denee.jpeg

Un troupeau nombreux sort des étables pour se rendre dans les pâturages. 

006 Denee.jpeg

Ceci est une vue datant de 1944. A ce moment la ferme était exploitée par le fermier Delvaux.

007 Denee.jpeg

Au dix-septième siècle, le château-ferme était entouré de douves franchies par un pont-levis. De part et d'autre du portail, remarquons les glissières pour le maniement de ce pont.

008 Denee.jpeg

Le château-ferme a été rénové et embelli. Les propriétaires occupent la partie château. 

008a Denee.jpeg

Cette vue des années 1950, nous montre combien était importante la masse du château-ferme à l'arrière de l'église.

009 Denee.jpeg

L'église, de style néo-classique, est bâtie en briques avec pierres bleues aux angles. Elle est précédée d'un porche en pierre. Sa construction date de 1849. Elle fut restaurée en 1898. 

010 Denee.jpeg

L'intérieur de l'église comporte un autel principal et deux autels latéraux. Les fonts baptismaux sont datés de 1571

011 Denee.jpg

Nous voici arrivés à la place communale qui se présente comme un vaste quadrilatère entouré de maisons. A la partie supérieure se trouve une fontaine. On distingue d'ailleurs une femme portant deux seaux d'eau. la carte date de 1910 environ.

012a Denée.jpeg

La place en 1950. On remarquera la forte déclivité du sol. 

013 Denee.jpeg

Le bas de la place vers 1950. Il s'y trouve encore une petite épicerie.

014 Denee.jpeg

La place avec vue sur l'église. A cette époque la circulation des véhicules est réduite si bien que des poules peuvent picorer en toute tranquillité. 

0015 Dnee.jpeg

La place en 1935. A droite se trouve un café, siège du club de football et de la balle pelote. A sa gauche, une épicerie.

016 Denee.jpeg

La place en 1910 avec un groupe d'enfants sortant de l'école. Remarquons que le sol est toujours à l'état naturel : la route est empierrée et les abords herbeux.

017 Denee.jpeg

La place vers 1950, la route est toujours empierrée et les abords à l'état naturel. Des enfants y jouent. 

018 Denee.jpeg

Le haut de la place avec la fontaine décorée d'arbustes. La route est maintenant goudronnée. 

019 Denee.jpeg

Vue de la place vers 1910. Une charrette attelée, un café, des poules picorant, c'est le tableau de la vie villageoise.

019a Denee.jpg

Autrefois, chaque village avait son épicerie, voici l'épicerie Delhaize. La moto indique l'époque : 1920. 

020 Denee.jpg

La place de Denée vers 1980. La déclivité du sol a été corrigée, le tout est revêtu de béton goudronné. 

021 Denee.jpeg

Les environs de Denée, une succession de vergers, de potagers et de prairies. 

022 Denee.jpg

Derrière l'église, remarquons la masse imposante du château-ferme. 

023 Denee.jpeg

Autour de l'église court un petit chemin au caractère bucolique. 

024 Denee.jpg

Voici le carrefour le plus important de Denée, il conduit au centre du village à la route de Bioul et en direction de la route de la Molignée. En 1910, les enfants peuvent encore y jouer sans crainte.

 

026 Dnee.jpeg

Le même carrefour où se trouve l'école communale bâtie en 1862 et une chapelle dédiée à sainte Barbe construite en 1855. 

027 Denee.jpeg

Le même carrefour où nous pouvons admirer un bel attelage de quatre chevaux.

027a Denee.jpeg

Cette vue date environ de 1930. La chapelle est toujours dominée par ses tilleuls. 

028 Denee.jpeg

Une vue plus moderne du lieu. L'école y est bien visible. 

029 Denee.jpg

Le château de Denée-Maredsous, à la façade bien symétrique et à l'aspect altier. Il sera incendié en 1953.

030 Dnee.jpg

Le même château vu de côté montre combien sa structure était importante. 

032 Denee.jpeg

Après l'incendie, le château est reconstruit mais dans des proportions plus modestes. 

033 Denee.jpeg

La conciergerie du château primitif. Elle était en proportion de ce qu'était le château. 

034 Denee.jpeg

Voici le Château de la Tilette situé sur la rue du même nom.

035 Denee.jpeg

Ce même château fut dans les années 1930 une pension de famille.

036 Denee.jpeg

Nous voici dans la rue Haute parce que se trouvant dans la partie la plus élevée du village. Il s'y trouve une maison qui est sans doute une épicerie. 

037 Denee.jpg

Dans la rue Haute, un coin reposant et sympathique. 

037a Denee.jpeg

C'est dans rue Haute que se trouvait une carrière d'où on extrayait du marbre noir. 

038 Denee.jpeg

Rue de Maredret à l'aspect typiquement villageois. 

040 Denee.jpeg

Rue d'Hermeton. Toujours le caractère villageois domine.

041 Denee.jpg

L'extraction du marbre noir et du petit granit était très ancienne à Denée. En 1910, on comptait encore 13 carrières en activité : 8 extrayant le marbre noir et 5 le petit granit. 

042 Denee.jpeg

La dernière carrière en activité se trouvait rue Haute. Aujourd'hui elle est fermée. 

042a Denee.jpeg

En descendant la route de Maredsous, on remarque un ensemble de bâtiments. C'est un très ancien moulin à farine.

043 Denee.jpg

Le bief du moulin et ses bâtiments. 

044 Denee.jpg

Vue générale du moulin avec, à l'avant-plan, le bief. 

045 Denee.jpeg

Profitant de l'eau claire du ruisseau, une culture de cresson est crée à côté de l'ancien moulin.

046 Denee.jpg

En aval du vieux moulin, il y en avait un autre de taille modeste. 

047 Denee.jpg

Le petit moulin à l'abandon vers 1910. 

049 Denee.jpeg

La route de Dinant passant tout d'abord à Maredsous pour rejoindre la vallée de la Molignée.

050 Denee.jpeg

Voici une autre vue sur cette route.

052 Denee.jpeg

Encore un autre aspect de cette route vers Dinant.

053 Denee.jpg

Vue de la pente assez raide de la route vers Maredsous.

054 Denee.jpeg

Enfin apparaissent les tours de l'église de l'abbaye de Maredsous.

055 Denee.jpg

Vue d'ensemble de l'imposante abbaye.

057 Denee.jpg

Vue de la gare de Denée-Maredsous et des voies de la ligne 150. Cette gare était très active étant le lieu où débarquaient de nombreux pèlerins en marche vers l'abbaye. 

058 Denee.jpg

Un groupe de pèlerins s'apprête à gravir la route vers l'abbaye. Ici nous sommes vers 1910, les vêtements des dames l'attestent. 

060 Denee.jpeg

Le 15 mai 40 eut lieu un violent combat entre les blindés de Rommel et les chars français. Les vues qui suivent des chars français détruits au cours des combats qui tournèrent à l'avantage des Allemands.  Ceux-ci inspectent le matériel français détruit. 

061 Denee.jpg

Cette vue est particulièrement tragique. l'équipage d'un char français gît à côté de son char détruit. 

062 Denee.jpg

063 Denee.jpeg

064 Denee.jpeg

Les Allemands ont rassemblé en un même lieu le matériel français détruit durant les combats.

065 Denee.jpeg

Au carrefour de Denée fut élevé un monument surmonté d'une croix de Lorraine, à la gloire des militaires français tombés au combat. Il porte le texte ci-après : "A l'héroïque mémoire des soldats français de la neuvième Cie du 37e Bon de chars, des 39e et 129e Régiments d'infanterie, du 1er G.R., Escadron AMD, tombés ici pour la France et la Belgique, le 15 mai 1940"

18/10/2017

Falaën (partie 2)

 

45.jpg

Rue des Bruyères, il y avait un petit étang entouré de hauts arbres. C'était un lieu de fraîcheur et de paix. Aujourd'hui, l'étang n'existe plus, comblé et bétonné pour une construction nouvelle.

46.jpg

Dans les années 1920, la place de Falaën nous donne une impression de paix villageoise.

47.jpeg

Une autre rue de la place, toujours dans les années 1920. A l'époque une dame portant de longs vêtements eput encore encore marcher au milieu de la rue.

48.jpeg

Un autre coin de la place, année 1920.

50.jpeg

La ligne de chemin de fer de la Molignée, a été active dès 1890. Elle passait à bonne distance du village. Aux environs de la gare furent bâtis deux hôtels restaurants. Voici le plus ancien, l'hôtel de la Gare.

51.jpeg

Toujours près de la gare s'implanta l'hôtel de la Molignée. Le voici en face de la gare elle-même.

51-2.jpeg

Durant les saisons touristiques, des chars faisaient visiter cette belle vallée de la Molignée. 

54.jpg

La gare de Falaën telle qu'elle était vers 1910 du côté des voies. A l'époque, la ligne était à simple voie. Elle se dédoublait aux environs des gares. 

55.jpg

Le train en gare va se diriger vers les stations suivantes : d'abord, la halte de Sosoye, ensuite la gare de Denée-Mardesous, où l'abbaye attirait beaucoup de voyageurs.

56.jpg

La gare de marchandises où des wagons chargés de bois sans doute à destination des mines de charbon où il servait à l'étançonnage des galeries.

59.jpeg

Vue de l'intérieur de la gare. Le trafic voyageurs fut supprimé en 1962, n'étant plus rentable. 

60.jpg

Le lieu dit La Forge. Il s'agissait en réalité de l'établissement d'un maréchal-ferrant. 

61.jpeg

Foy-Marteau est un hameau de Falaën, la route pour y accéder part de la Forge, gravit la colline jusqu'au plateau où se trouvait les maisons et une ferme. La carte montre un attelage de quatre chevaux employés aux travaux des champs.

62.jpeg

Vue de la ferme située le long de la rue de Chession. 

63.jpeg

Vue de la gare, de la forge et du chemin vers Foy-Marteau. La colline n'est pas encore urbanisée, il n'y a pas de maison.

64.jpeg

La même vue trente ans plus tard. Le versant de la colline commence à se garnir de villas.

65.jpeg

La Forge vue dans son entièreté.

66.jpg

La sous-perceptrice et les facteurs devant le bureau de poste de Falaën. La carte évoque aussi le sort tragique que connut le facteur de gauche. Il se trouvait à la ferme de Flun quand survint un groupe de Uhlans qui fusillèrent tous les hommes présents en ce lieu. 

67.jpeg

Cette vue nous montre le moulin-ferme des Hayettes. La ferme des Hayettes, installée sur le Flavion depuis près de neuf siècles.

68.jpg

Vue de l'ensemble des Hayettes, à gauche, la ferme, à droite, le moulin. De là part un chemin montant rejoignant Falaën. 

69.jpeg

Les Hayettes, vue rapprochée de la ferme.

70.jpeg

Vue du moulin des Hayettes avec la roue hydraulique qui le faisait tourner grâce aux eaux du Flavion. Aujourd'hui seule la ferme est encore exploitée. 

71.jpeg

L'hôtel de la Truite d'or bâti en face des ruines de Montaigle.

72.jpeg

La Fermette, restaurant gastronomique peu avant le village de Falaën.

73.jpeg

Vue du pont sur la Molignée avec à l'arrière-plan le groupe de la gare et des hôtels. 

75.jpeg

Vue du ravel sur lequel circulent des railbikes. La ligne 150 ayant été mise hors-service, une ligne ferrée fut conservée, à côté, la piste pour les cyclistes et promeneurs. Les railbikes traversent des paysages pittoresques et enchanteurs.  

76.jpeg

Un coin pittoresque de la Molignée à côté de laquelle court la route qui, partant de Moulins-Warnant aboutit à Maredsous et Maredret. 

77.jpeg

La ligne Tamines-Dinant fut longue à construire. Le passage dans la vallée de la Molignée coupait souvent les sinuosités de la rivière et chaque fois cela nécessitait la construction d'un pont et d'un passage inférieur pour la route.

78.jpeg

Autre passage du chemin de fer au-dessus de la Molignée. 

79.jpeg

Ces personnes ont trouvé un moyen plus simple pour franchir la Molignée, même le chien s'y sent en sûreté.

80.jpg

Au cours des années 80, la commune de Falaën constitua un groupe de majorettes pour animer les fêtes publiques. Voici les majorettes dans la cour du château-ferme. Aujourd'hui ce groupe n'existe plus. 

81.jpg

Il y eut aussi un bassin de natation avec un lieu de détente. Aujourd'hui, ce lieu sympathique n'existe plus que dans les souvenirs. 

02/08/2017

Falaën (partie I)

1.jpg

Sur un roc, au confluent de deux rivières, les ruines du château de Montaigle dressent leurs formes déchiquetées dans un environnement fait de verdure et de rochers.

2.jpeg

Le château de Montaigle fut bâti au début du quatorzième siècle. Avec Crève-coeur, il avait pour mission de protéger l'accès à l'Entre-Sambre-et-Meuse, face aux entreprises de la principauté de Liège. 

Son histoire ne fut pas un long fleuve tranquille. Au cours de la campagne de 1421 que les Dinantais menèrent contre le comté de Namur, Montaigle fut investi par les Dinantais qui ne purent prendre la place forte mais ravagèrent les alentours de la forteresse. Le coup de grâce fut donné en 1554 quand Henri II, roi de France, vint détruire les places fortes de l'Entre-Sambre et-Meuse. Montaigle fut pris et détruit.

3.jpg

Dans la prairie au bas de Montaigle, on employa la force motrice de l'eau pour actionner une scierie et un polissoir de marbre. Nous voyons ici le bief d'amenée de l'eau de la Molignée.

4.jpg

La même vue sous un autre angle.

6.jpg

A droite du château, on aperçoit les falaises bordant le Flavion. Elles sont trouées de grottes où furent découverts des vestiges préhistoriques.

7.jpg

A l'avant-plan, on aperçoit les bâtiments de la scierie.

8.jpg

Sur ce panorama, on distingue à l'arrière-plan le remblai de la ligne de chemin de fer avec le pont du passage de la route et, à l'avant-plan, quelques maisons en contre-bas des ruines.

9.jpeg

La scierie et son bief d'alimentation.

11.jpg

Belle vue des ruines et de la scierie de marbre dont on aperçoit des plaques sciées et dressées.

12.jpeg

La neige est tombée sur Montaigle, adoucissant les formes sous un grand manteau blanc.

13.jpg

La paix hivernale est descendue sur le site.

14.jpg

Vers 1905, les sœurs du collège de Burno sont en promenade. Elles s'arrêtent un instant pour une photo dans le décor de Montaigle.

15.jpg

Durant la guerre 14-18, une troupe d'Allemands a fait halte au pied des ruines.

16.jpg

Le charme pittoresque de la vallée de la Molignée attire de nombreux promeneurs. En voici quelques-uns passant au pied des ruines.

17.jpg

Le temps a passé. Le site de Montaigle s'est transformé. A l'endroit qu'occupait la scierie, une villa moderne a été construite. 

18.jpg

Photo aérienne du site de Montaigle : des vestiges de murs dans un écrin de verdure.

 

19.jpg

Le site tel qu'il nous apparaît aujourd'hui dans sa totalité. A l'arrière, l'hôtel de la Truite d'or, une villa, tout cela dominé par le château-fort. 

21.jpg

Un groupe d'ouvriers travaillant à la scierie de marbre. La plaque indique que l'installation travaillait pour Mr Géruzet d'Yvoir. 

22.jpg

Au début du vingtième siècle, la traction de petites charrettes par de grands chiens était courante. Voici un attelage devant la scierie. 

23.jpeg

Non loin du centre de Falaën, se dresse un château-ferme. La famille Potelet le fit bâtir entre 1670 et 1673. Le château se présente comme un vaste quadrilatère entouré de douves franchies par un pont-levis. Aux angles du quadrilatère se dressaient des tours. A l'époque, la grande bourgeoisie a fait construire ce genre de demeure pour se mettre à l'abri de bandes de brigands. 

24.jpeg

Voici l'entrée majestueuse du château précédée autrefois d'un pont-levis. Cette entrée conduit dans la cour intérieure.

25.jpeg

Vue de la cour où se trouve encore un pilori auprès duquel autrefois on attachait les condamnés à de lourdes peines. 

26.jpeg

Vue du bâtiment de résidence dans lequel autrefois se réunissaient des confréries gastronomiques.

27.jpeg

Château de Foy-Marteau construit en pierres du pays par Georges Boël en 1911. Il jouxte un grand jardin à la française.

28.jpeg

Vue du château et des jardins très bien entretenus entre les deux guerres.

29.jpeg

Pont jeté sur la Molignée pour relier la grand-route au château Boël et aux ruines de Montaigle.

30.jpg

Le château de Montaigle, bâti en 1850 et dominant les ruines du même nom. Il était occupé par la famille del Marmol. Le château de Montaigle.

31.jpg

Foy-Marteau. le terrier du comté de Namur cite les forges de Montaigle et de Faeng. Elles cessèrent leurs activités au cours du dix-huitième siècle. Le lieu porte le nom de Foy-Marteau en souvenir de la forge.

32.jpeg

Arrivons-en au centre de Falaën, là où se trouve l'église Saint- Léger, bâtie en pierres du pays. Au cours du temps, elle subit maintes transformations. Elle fut restaurée et agrandie en 1838, l'église fut allongée et élargie. La date de 1848 figurait au-dessus du proche d'entrée. L'église fut remise à neuf en 1972.

33.jpeg

Le chœur de l'église tel qu'il apparaissait au dix-neuvième siècle.

34.jpeg

A la place communale de Falaën, il y avait un café dont le tenancier était en même temps coiffeur. Aujourd'hui, l'établissement est fermé.

35.jpeg

Nous voici au début de la rue des Bruyères telle qu'elle était vers 1950.

36.jpeg

Voici la place communale, là où s'amorce la rue des Bruyères. En 1920, les maisons avaient encore un aspect typiquement villageois. 

37.jpeg

Ceci est le début de la rue de Chession. Cette rue est très longue et se dirige vers Flavion. Elle s'est fortement urbanisée. De nouvelles maisons y ont été construites. Il s'y trouve un bed & breafast de première qualité qui possède le charme d'être implanté en pleine nature.

38.jpeg

La même rue de Chession, à peu près au même endroit que la vue précédente mais trente ans plus tôt.

39.jpg

Brasserie de Falaën avec de nombreux tonneaux en façade. Cette brasserie a cessé son activité vers 1930 pour devenir, depuis peu, un logement.

41.jpg

Voici l'autre face de la brasserie donnant sur une placette où picorent les poules.

42.jpeg

Le haut bâtiment de droite fut l'école des filles. Actuellement, celles-ci ont rejoint l'école communale. Le bâtiment a été transformé en logement.

43.jpg

Voici dans les années 1910, l"école communale des garçons. Une grille à l'aspect ancien ferme l'espace de la cour de récréation.

44.jpg

Autre vue de l'école communale. Un groupe de garçons avec l'instituteur dans les années 1910. 

44a.jpg

Après l'école, un petit groupe de garçons se délassent. On grimpe sur un chariot, on joue au cerceau, tout cela dans les années 1910.