google analytics

19/04/2017

Anhée en cartes-vues (1900-1950) Troisième partie

Article et commentaire de Jean Closset

Avant-propos

Le 4 septembre 1944 peut être appelé le jour de deuil de la commune d'Anhée. 

Ce jour-là, des militaires de la Panzerdivision SS Hitlerjugend ont exercé leur cruauté sur de paisibles citoyens. Descendant la rue du village, ils obligeaient les gens à sortir des caves, tiraient à bout portant sur des hommes et mettaient le feu aux maisons. 

C'est ainsi qu'un jeune homme de vingt ans fut abattu sous les yeux terrifiés de ses parents. Un père de famille qui était sorti avec ses jeunes enfants pour les mettre en sécurité, reçut l'ordre de les abandonner et fut abattu sur le champ. 

Après cette tragédie, on dénombra treize morts, 58 maisons incendiées, 15 autres endommagées. 

1.jpg

Le quartier du Forbot complètement incendié. 

2 Rue de la libération.jpeg

Ce qu'il reste de la maison Wiart.

3 Rue JJ Petit.jpeg

Maisons incendiées rue du Village, actuellement J.-J. Petit (premier bourgmestre d'Anhée après l'indépendance en 1830).

4 Baraquement Wiart en face de leur maison.jpeg

Les sinistrés n'ayant plus de toit furent relogés dans des baraquements en bois. Ils y restèrent jusqu'en 1950 environ, c'est-à-dire jusqu'à la reconstruction de leur maison. 

Anhée en cartes-vues (1900-1950) Deuxième partie

Article et commentaires de Jean Closset

1 Bauchau.jpg

Abordons la rue du Village, la bien-nommée, puisque sous l'Ancien Régime, la presque totalité des maisons y étaient groupées.

Nous voyons ici, à gauche la ferme d'Anhée qui appartint à l'Abbaye de Moulins jusqu'en 1796. Elle a été incendiée le 4 septembre 44 par les SS et ne fut jamais reconstruite. A droite se situe le château Bauchau.

2 Bauchau.jpg

La façade principale du château Bauchau regardait vers la Meuse. Son parc était bien ordonné et arboré. Le château aussi fut incendié le 4 septembre 1944 et reconstruit vers 1950 dans des proportions réduites. Actuellement, il est la propriété de la Croix-Rouge qui y a fait un home pour enfants. 

3 Forbot 1940.jpg

Cette peinture de 1940 montre le quartier le plus ancien d'Anhée, le Forbot. C'était un bloc de petites maisons, sans doute du dix-septième siècle et imbriquées les unes dans les autres. Les SS l'incendièrent le 4 septembre 44. Les maisons ont été reconstruites sur des parcelles rectifiées et permettant un élargissement de la rue. 

4 Anhée 1906 Près de l'hôtel de la Meuse.jpg

Voici l'un des plus vieux hôtels aménagé dans un immeuble qui existait déjà au dix-septième siècle.  Sa terrasse donnait vue sur la Meuse et les rochers de Champalle.

5 Anhée 1910 Fontaine.jpg

La distribution d'eau potable à Anhée date de 1936. Avant cela, il y avait quelques pompes publiques réparties dans le village. Voici une vue de l'une d'elles. Remarquons à côté un bac en pierre réservé à la lessive, ce que font les deux dames. A l'arrière-plan, remarquons les imposants rochers de Champalle. 

6 Anhée 1910 Rue de la station et place.jpg

Nous sommes rue de la Gare qui longe la Place communale. A l'époque, il y avait encore des tonneaux en façade recueillant les eaux de pluie. 

7 Anhée 1912 Rue de la station.jpg

Nous voici en haut de la rue de la Gare. A droite, la maison communale bâtie en 1870 et qui servait également d'école. A gauche, le bien-nommé Café de la Station car se trouvant très près de la gare.

8 Anhée 1903 Gare .Adeline Delannoy.jpg

La gare d'Anhée a été construite peu avant 1890. La ligne 150, Tamines-Jemelle, fut posée par tronçons en partant de Tamines. Le trafic ferroviaire atteignit Anhée en 1890 et n'alla pas plus loin pendant quelques années. Si bien que pour se rendre à Dinant ou à Namur, il fallait aller à la gare d'Yvoir pour trouver la ligne du nord belge. Le Café de la Gare, à gauche de la vue, a été géré pendant quelques années, jusqu'en 1906, par mes grands-parents. Sur le seuil madame Adeline Colpé Delannoy, ma grand-mère.

9.jpg

Intérieur de la gare d'Anhée dans les années 1920. Elle est équipée d'un quai de chargement pour la mise en wagon du bétail et des bois abattus. La fonderie, elle, disposait d'un raccordement privé relié à la ligne 150. 

10 Anhée 1910 Gare et cheminée de la briqueterie.jpg

Vue de la gare d'Anhée vers 1910. Remarquons la grande cheminée élevée à côté de la ligne. Elle servait à une briqueterie installée tout à côté et qui ne fut active que pendant quelques années. 

11 Anhée 1910 Senenne.jpg

Vue du château de Senenne avant 1914. L'endroit fut le siège de la paroisse au moins pendant 900 ans. Dès la construction d'une église à Anhée (1845), la propriété de Senenne est revendue à madame Bauchau. Lors de la construction d'un château en 1857, l'ancienne maison du curé, attenante au château, fut conservée et améliorée. Celui-ci fut fortement endommagé par des tirs d'artillerie en août 1914 et reconstruit dans des proportions réduites.

12.jpeg

Au cours de la guerre 14-18, les Allemands firent établir un cimetière militaire précédé d'un monument massif, au lieu dit "Petit Bois", non loin de Senenne. Les militaires tombés dans la région y furent inhumés, d'un côté les Allemands, de l'autre les Français. En 1937, le cimetière fut désaffecté et les restes humains regroupés dans de grands cimetières militaires.

13 Anhée 1918 .La gare.jpg

Après leur retraite, en novembre 1918, les Allemands furent remplacés par nos alliés britanniques qui demeurèrent jusqu'en mars 1919. Nous voyons ici la gare d'Anhée où débarque le charroi militaire. 

14.jpg

Un groupe de militaires britanniques sur la Place communale. Remarquons les grands chiffres inscrits à la façade de la maison. Cela vient des  Allemands qui, pour la facilité de leur cantonnement, avaient opté pour une numération continue des maisons. 

15.jpg

Pour la Noël 1918, les Britanniques ont fait placer des sapins le long des rues pour répondre ainsi à leur tradition.

16 Anhée 1918 Rue grande 3.jpg

La Grand-Rue d'Anhée. Nous remarquons à gauche, la ferme Jacmart, la Brasserie Rabozée et dans le fond, la route dite "Vieille Ruelle" qui mène à Moulins. 

17.jpg

La Grand-Rue en direction de Dinant. A droite, la chapelle Saint-Hubert.

19.jpg

L'église lors de la sortie de la messe. En 1914, les Allemands prennent pour cible l'église, estimant que c'était un bon observatoire pour les Français. Elle fut gravement endommagée par des tirs d'artillerie. Remarquons les réparations provisoires au toit au moyen de carton bitumé. 

20.jpg

Toujours au temps de Noël 1918, une vue du château Bauchau dont nous mesurons mieux l'importance du volume. En face, la ferme ayant appartenu à l'abbaye de Moulins. 

21 Bras de Meuse 1900.jpg

Cette photo prise vers 1900 nous montre le bras de Meuse qui séparait le village de l'île. La dépression n'est pas encore comblée. Au loin, le château de la Molignée à Moulins.

22 Anhée 1934 Congrès euch jpg.jpg

Le 4 juin 1934, eut lieu à Anhée, un grand congrès eucharistique. La population, dans un effort unanime, avait participé à la décoration des rues. Des guirlandes portant des roses couraient tout le long du parcours. Les gens du quartier ont été photographiés à côté de leur portique, leur fierté. 

23.jpg

Portique avant la Place communale. 

 

Nous voici à l'extrémité nord d'Anhée. Ici se trouve le portique le plus élaboré grâce à un artisan sachant modeler la tôle. Arrivé ici, le cortège redescendait par la rue du village visible à droite.

24 Anhée 1934 Congrès euch.jpg

Portique rue du Village. Admirons cet entrelacs de guirlandes. Que de patience pour le réaliser !Anhée 1934 Congrès euch8  - Copie.jpg

Décès de nos amis Juliette Mercenier, Constant Pirson et Marthe Borsut

JULIETTE MERCENIER

a alys 12.JPG

Juliette lors de la célébration de son anniversaire

juliette mercenier.jpg

Les familles BAYET-MERCENIER et apparentées

ont la tristesse de vous annoncer le décès de

Madame Juliette MERCENIER

veuve de Monsieur Georges BAYET

née à Lisogne le 25 mai 1933 et décédée à Dinant le 23 mars 2017.

La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation, sera célébrée en l'église de Dorinne le samedi 25 mars 2017 à 14 heures.

Notre maman repose au funérarium des Pompes funèbres Hennuy, rue de Lenny, 107 à Natoye, salon 2, où la famille sera présente ce jour de 16 à 20 heures.

La famille remercie le Docteur Dognies, le personnel du deuxième étage de Sainte-Anne à Dinant ainsi que son cousin André Mercenier, pour leur dévouement et leurs bons soins.

Notre amie Juliette nous a quittés ce 23 mars. Elle vivait assez recluse dans sa chambre en compagnie de Gaby, participant peu à la vie sociale de la Résidence, à l'exception des grandes cérémonies. Toutefois, elle appréciait qu'on vînt à elle pour avoir une petite conversation, pour échanger quelques idées, pour plaisanter un instant. Elle se révélait alors un être chaleureux et charmant. C'était un être souriant, ouvert, accueillant mais qui souffrait de la séparation avec les siens. 

Que son vol conduise notre chère Juliette vers les cieux de Vérone.

a a 1.jpg

Constant Pirson

SAM_3262 - Copie.JPG

constant.png

Notre ami Constant nous a quittés ce 6 avril. C'était un homme très sociable, avec un caractère ferme, et qui a longtemps été actif au sein du réseau des propositions de notre service Animation. Il y a quelques mois, Constant avait rejoint le Cantou. Constant avait été le boulanger d'Onhaye. J'ai souvenir de lui, je pouvais avoir 7 ou 8 ans, et je me rappelle que nous attendions en famille, le samedi vers 18h30, le passage de Constant avec sa camionnette. Tartes aux prunes, au riz, au sucre ... Homme providentiel, nous l'avons tant aimé lui et sa très précieuse et excellente cargaison. Constant a aussi longtemps été l’harmoniste paroissial. Il participait avec entrain à notre chorale du jeudi. Au cantou, il s'est distingué par sa sympathie, le plaisir qu'il éprouvait à participer aux activités et il était d'une grande sympathie avec le personnel. Pour le plaisir du service, il n'hésitait pas de temps en temps à pratiquer à nouveau l'art pâtissier. C'était un homme plein d'humour.

Que notre Constant chanteur aille au plus près du Bon Dieu lui interpréter ses cantiques les plus spirituels. 

a a 2.jpeg

Marthe Borsut, notre centenaire

SAM_2843.JPG

Marthe, notre centenaire s'en va. Elle approchait les 101 ans. Je recommande à nos lecteurs de consulter le récit de la célébration de son centenaire qui comporte des éléments biographiques. Marthe, c'était une institution dans l'institution, un caractère, une voix, un rire, un être très volontaire. D'une grande sociabilité, volubile, alerte, malicieuse, inflexible, Marthe était estimée. Elle avait été une couturière très douée. C'était une mémoire vive, alerte. Elle avait une réelle notoriété. C'était notre actuelle centenaire féminine. Longtemps, très longtemps, elle avait participé activement aux animations du service. Sur la fin de sa vie, la surdité et les problèmes de vue l'avaient un peu isolée.

Faire-part

Elle nous a tant aimés,

Nous étions tous sa raison de vivre.

Marie-Danielle WIART,

Le docteur Luc WIART,

ses enfants;

Ses petits-enfants et les 22 arrière-petits-enfants

d'une Nenenne adorée,

ont la profonde douleur de faire part du décès de

Madame veuve Fernand WIART

née Marthe BORSUT

à Anhée le 27 mai 1926, décédée à Dinant le 17 avril 2017.

La défunte repose au funérarium des Pompes funèbres MARION, rue Sur Champt, 1/A, à Yvoir, où la famille recevra vos visites ces mardi 18 et mercredi 19 avril, de 17 à 19 heures.

L'absoute, suivie de l'inhumation dans le caveau de famille, sera chantée en l'église d'Anhée le jeudi 20 avril à 10 heures 30.

Le jour des funérailles, réunion à l'église.

Voici le lien consacré aux festivités de l'anniversaire de Marthe :

http://residencesainte-anne2.skynetblogs.be/archive/2016/...

Pour évoquer la mémoire de notre chère disparue, nous publions quelques photographies :

SAM_2826.JPG

SAM_2828.JPG

SAM_2840.JPG

SAM_2844.JPG

SAM_2848.JPG

Que pour sa migration vers le Lointain, notre coquette couturière soit revêtue de ses plus élégants atours.

a a 3.jpg