google analytics

02/08/2017

Haut-le-Wastia (deuxième partie : Industries du Fond de Floye)

Au bord du versant sud-ouest de la colline d'Haut-le-Wastia, dans la vallée de la Molignée, là où la limite communales franchit les méandres de la rivière, une industrie s'est créée au début du dix-neuvième siècle, s'est transformée plusieurs fois en activités diverses, pour atteindre la fin du vingtième siècle, qui marque son entrée en léthargie.

Le laminoir à fer blanc

C'est 1801 que Gérard Fallon, industriel à Namur, adresse une requête au préfet de l'Entre-Sambre-et-Meuse pour lui demander un coup d'eau sur la Molignée pour y installer un laminoir afin de fabriquer des tôles de toutes les espèces, principalement en fer blanc. Il demande en outre à pouvoir établir un laminoir dans l'ancienne papeterie de l'abbaye de Moulins, là où se trouve actuellement le Château du Varoy. Ces projets rencontrent aussitôt l'hostilité du sieur Moreau de Bioul qui allègue qu'il est en pourparlers avec le baron Jacquier de Rosée à propos d'un pré situé le long de la Molignée sur lequel ce dernier se propose de construire un établissement ayant la même finalité que celui de Gérard Fallon.

L'ingénieur de l'Administration des Mines répond que Fallon doit également demander la permission d'installer des fours à réverbères et d'indiquer le combustible qui sera employé. Fallon répond que ce sera la houille.

Une autre position va bientôt se manifester. Auguste Bauchau, maître de forge à la Roche à Moulins, proteste auprès du préfet contre le fait que ce laminoir nuira à ses propres usines en aval et qui, étant anciennes, ont donc la priorité sur les nouvelles.

L'autorisation impériale, au projet de Fallon, est donnée le 10 octobre 1811. Fallon pourra établir deux laminoirs destinés à la fabrication de tôles et, principalement, de semelles devant servir à la formation de fer blanc.

, Dela-Le moulin à farine

Le succès de l'entreprise de Fallon est aléatoire puisqu'en 1819 il demande à l'administration à pouvoir convertir le laminoir en un moulin à farine et une batterie de chanvre.

Le premier locataire sera Martin Baili.

Les parties sennstielles du moulin sont les suivantes :

- le grand tournant actionnant une paire de meules en pierre de France

- le moulin à braix (escourgeon et orge)

- le moulin dit à "écoussière", utilisé pour décortiquer épeautre et avoine

En octobre 1822, Gérard Fallon met son moulin en vente et l'acheteur en est Jean-Baptiste Beguin. Dans l'acte de vente, il est spécifié que le moulin consiste en deux tournants faisant mouvoir deux couples de meules à farine, un couple pour la mouture de l'avoine et du seigle, une batterie de chanvre et une huilerie en construction.

Vers 1878, la batterie de chanvre er le pressoir à huile cessent d'être activés. Le moulin à farine va fonctionner jusqu'en 1891, année où il est incendié avec la maison d'habitation. Le terrain est racheté par Delal-Thiran qui reconstruit la maison et sur les ruines du moulin établit une scierie à marbre. En 1879, Delal-Thiran conclut un contrat instituant la "société des carrières d'usines de Warnant" qui continuera l'exploitation de la scierie jusqu'en 1902, après quoi cette dernière est abandonnée et démolie. Le terrain va rester sans affectation jusqu'en 1913.

Les usines Minot et Decoux

Le 20 janvier 1913, le bien dans son entièreté, est vendu à Joseph Minot qui fait bâtir sur le site un atelier de construction. Une quinzaine de personnes travaillent dans l'entreprise qui produit des lames et outils de carrière de même que des objets de quincaillerie. 

En 1917, Minot vend globalement ses instituions à à Gerard Decoux. La guerre passée, ce cernier développe considérablement l'usine. A côté des ateliers Minot, il fait construire un grand hall qui fait plus que doubler la superficie des ateliers. 

L'usine fonctionnait en utilisant la force hydraulique. A 250 mètres vers l'amont, partant d'une retenue de la Molignée, un canal quii existait déjà du temps du moulin à farine, amenait l'eau dans un étang proche de l'usine. L'eau se déversait dans une fosse où se trouvaient trois turbines à haut jet dont l'une servait à fabriquer le courant électrique. Une autre , reliée à un axe de transmission, muni de poulies alimentant pilons, cisailles, moutons, etc. 

Dans l'ancien atelier Minot on trouvait 8 forges individuelles avec foyers, enclumes et marteaux, trois pilons, un mouton, un tour et une raboteuse. Le grand hall contenait le maka ou grand marteau.

L'usine Decoux était spécialisée dans la fabrication de lames à scier de marbre. On y produisait encore des bêches, pics et pioches, courbets, rasettes, pelles, outils d'échardonnage en forme de croissant. En 1927, le nombre de personnes employées était de 37. 

Le déclin de l'usine s'annonce s'annonce vers 1960. Non modernisée, elle ne peut soutenir la concurrence des grands ensembles. Les établissements Decoux sont rachetés en 1969 par la Société Anonyme des carrières et fours à chaux de Haut-le-Wastia.

Les carrières et fours à chaux

L'histoire des carrières du Fond de Floye débute en 1901 quand une firme française, à la recherche de terrains riches en pierre calcaire, rachète environ 13 hectares en aval des usines Minot pour en faire une réserve.

La totalité du terrain est revendue à la S.A. des carrières des fours à chaux de la Meuse. Celle-ci attendra 15 ans avant de passer à l'exploitation. 

En 1927, elle ouvre une carrière dans la colline de Haut-le-Wastia et fait construire 4 fours à chaux au moyen de pierres extraites et taillées sur place. L'ouvrage est terminé en 1929 quand se constitue la SA des carrières et fours à chaux d'Haut-le-Wastia, filiale de la Société Carmeuse. 

L'exploitation des carrières peut commencer. Dans le décennie 1930 et suivantes, une septantaine de travailleurs sont sur le site, caque four peut produire 60 tonnes de chaux par jour. 

En 1968, la production est accrue par l'installation d'un four à gaz d'une capacité de 250 tonnes par jour. 

Après le rachat de l'usine Decoux, les ateliers sont démontés et sur leur emplacement on installe un trieur-laveur pouvant traiter 700 tonnes par jour pour produire des pierres, du gravier et du poussier. L'eau de lavage est puisée dans la Molignée toute proche.

En 1982, la SA des carrières et fours à chaux de Haut-le-Wastia est reprise par Carmeuse qui arrête la production de chaux. L'activité ne  porte plus que sur la vente de pierre et matériaux traités par le trier-laveur.

Les structures métalliques du four à gaz sont démontées et vendues. C'est la fin de l'entreprise.

Dans une vallée où le feuillages arbres était blanchi par la chaux, la nature a repris ses droits.

1.jpeg

Carte du Fond de Floye indiquant l'emplacement des industries et ces carrières.

2.jpeg

Les Usines Minot en 1913

3.jpeg

Personnel de l'usine hydraulique Decoux en 1927

4.jpeg

Vallée de la Molignée où se marquent les méandres de la rivière et les usines Minot.

5.jpeg

Le maka de l'usine Decoux. Actuellement, il se trouve sur le square à côté de la maison communale d'Yvoir.

6.jpeg

Vallée de la Molignée, site des fours à chaux.

7.jpeg

Vallée de la Molignée. Usine Decoux.

8.jpeg

Carrières du Fond de Floye et four à gaz.

9.jpeg

Vue générale des carrières.

26/07/2017

Haut-le-Wastia en cartes-vues (Première partie : Le village)

Avant-propos

A regarder Haut-le-Wastia du fond de la vallée de la Molignée à Warnant, on croirait voir un village perché tant les maisons semblent construites au bord de la colline.

Ce n'est qu'une illusion, car le village s'étend vers la plaine de Sommière ou bien descend la colline du sud-ouest pour rejoindre la Molignée au lieu-dit Fond de Floye. C'est là, le long de la rivière, que le village connut son destin industriel.

1.jpeg

Voici un village dont les maisons semblent groupées autour de leur église.

2.jpg

Le village posé sur une élévation d'où descendent des jardins et des prairies.

3.jpeg

Vue aérienne du centre du village. Nous reconnaissons l'ovale des rues autour de la place des Français, pour se réunir à la rue du Centre.

3a.jpeg

Carte cadastrale du centre de Haut-le-Wastia en 1833.

4.jpeg

Vue aérienne de Haut-le-Wastia avec les lointains bleus de la vallée de la Molignée.

6.jpg

Un exemple de lieu donnant l'impression de paix campagnarde.

7.jpg

Sous l'Ancien Régime, il n'y avait pas d'église à Haut-le-Wastia. Les habitants devaient se rendre à Senenne pour leurs devoirs religieux. Logiquement, les habitants réclamèrent la construction d'une église. Cela leur fut accordé mais plus tard. la première église se trouvait dans l’actuel cimetière et remplit son office jusqu'en 1894. Voici l'église bâtie en 1894 en moellons de calcaire.

8.jpeg

Le presbytère, belle maison en moellons, bâtie en 1842, précédée d'un jardin, en un endroit tranquille. Depuis qu'il n'y a plus de prêtre desservant, le presbytère a été transformé en logement. 

9.jpg

La place communale, qui servait de ballodrome, la petite pelote étant en ces temps-là un sport très pratiqué. 

10.jpeg

Vue de la Place avec un tilleul remarquable.

11.jpeg

Place communale, coin des enfants, avec une escarpolette. 

12.jpg

La rue du Centre est la rue la plus dense en habitations et sans doute la plus ancienne. Voici une série de photos prises à différentes époques.

13.jpg

Le haut de la rue du Centre.

14.jpeg

Rue du centre vers 1950. 

15.jpg

Rue du centre vers 1950

17.jpg

 Une ferme ancienne dans le village. A l'époque, les chevaux traînent toujours les chariots. Remarquons dans le chartil une ancienne colonne ronde. Elle vient de la première église démolie vers 1895.

18.jpg

Carrefour avec la rue sur les Mossiats. On approche ici du point culminant de Haut-le-Wastia. 

19.jpg

La rue de Moulins est une rue tranquille, débouchant sur la campagne. On comprend qu'une petite fille puisse s'y promener.

20.jpg

La rue Coron des Trys. A droite une épîcerie dont la patronne a émis plusieurs cartes de Haut-le-Wastia. 

21.jpg

A l'écart de toute circulation, la femme d'Ohet. Sous l'Ancien Régime, elle appartenait à l'abbaye de Moulins. 

22.jpeg

Au bout de la descente vers la Molignée, la route longe les usines à cuivre que nous apercevons tout en bas. 

23.jpg

Si, partant du centre de Haut-le-Wastia,  on emprunte la rue de Bayère, on descend rapidement le flanc de la colline pour arriver dans la vallée de la Molignée, en un lieu appelé Fond de Floye. La limite de Haut-le-Wastia va jusque là. Ce fut même le siège d'exploitations industrielles que nous examinerons. Voici une vue de la vallée de la Molignée où l'on distingue des bâtiments qui furent à l’origine ceux d'une fabrique à fer blanc.

24.jpg

La même vue au moment où l'usine Decoux a atteint sa pleine extension. 

25.jpeg

maison détruite en mai 1940. Lors de la bataille de mai 1940, les Allemands se sont emparés de Haut-le-Wastia vers le milieu de la journée du 13 mai. Un bataillon français en réserve à Bioul se prépare à contre-attaquer mais l'aviation allemande lui inflige des pertes et détruit une partie de son armement lourd. Le lendemain, des dragons français attaquent et reprennent le village. Mais la situation générale étant mauvaise le commandement français donne l'ordre du repli général.

26.jpeg

Maison bombardée par l'aviation anglo-saxonne au cours de la guerre. 

27.jpeg

En souvenir des combats de 1940, des maçons bénévoles ont élevé ce monument remarquable et imposant. 

Warnant (Usine à cuivre, partie quatre)

En 1826, le château de Moulins et ses alentours proches sont mis en vente. C'est le baron Alphonse Jacquier de Rosée qui acquiert le lot, c'est-à-dire les bâtiments du château (ancienne abbaye), jardins, vergers, canaux et prairies proches du château. Parmi les terrains entourant le château, ceux qui se situent au sud vont connaître dans les années suivantes un destin industriel remarquable en devenant l'assiette d'une usine à cuivre qui se développera régulièrement et fonctionnera jusqu'en 1978. 

Dans le développement de l'usine, il y a lieu de considérer deux périodes, la première du début à 1914, la seconde de 1921 à 1975.

Alphonse de Rosée crée ses premiers établissements à partir de 1830. ce sont : un laminoir alimenté en force motrice par le prolongement de la dérivation de la Molignée, une fonderie est construite sur un ancien verger. 

C'est à partir de la fonderie et du laminoir que l'usine va grandir en s'adjoignant des constructions nouvelles. Nous ne mentionnerons que les accroissements considérables.

1840 : création d'une batterie de cuivre à six marteaux actionnés par une grande roue hydraulique.

1846 : au laminoir s'adjoint une tréfilerie et un atelier de chaudronnerie.

Cette même année paraît un prospectus détaillant les produits vendus, liste étonnante par sa variété. Le prospectus est reproduit en annexe.  

1861 : une remise est agrandie et transformée ne fonderie de cloches sous la conduite d'Henri Michel. C'est là que seront fondues les deux cloches offertes par madame de Rosée à l'église de Warnant.  Henri Michel sera remplacé par la famille Causard qui reprend la fonderie jusqu'en 1889 quand ils feront bâtir leur propre atelier à Anhée. 

Reprenons la liste des principaux agrandissements :

1862 : dans un coude de la Molignée, au lieu dit "Aux Déchanges," se construit une nouvelle batterie de cuivre. 

Avant la guerre 14-18, une dernière extension a lieu, il s'agit d'une nouvelle batterie de cuivre. C'est là qu'on fabriquait les foyers des locomotives à vapeur et la grosse chaudronnerie.

Pendant la guerre 14-18, les usines sont à l'arrêt, les Allemands ayant réquisitionné le stock de cuivre pour l'envoyer en Allemagne. Cependant le baron de Rosée s'efforcera d'occuper ses ouvriers, soit à l'entretien de l'outillage soit en exécutant des terrassements pour les extensions futures.

La guerre passée, à partir de 1921 jusqu'à 1975, l'usine s'étendra dans la partie sud-ouest de la propriété. Les constructions seront d'une plus grande superficie et d'un aspect plus géométrique. 

1921 : construction d'un nouveau laminoir où se fabriqueront les produits semi-finis. 

1925 : construction d'une câblerie-tréfilerie.

1935 : construction d'une décaperie.

1947 : nouveau laminoir pour la fabrication de tôles de grandes dimensions

1954 : nouveau laminoir pour la production de fils à partie de bandes de cuivre

1965 : construction d'un grand hall pour l'installation d'une presse de  1700 tonnes de poussée.

A partir de 1968, on abandonne le charbon comme combustible, on installe des fours à gaz.

1974 : c'est l'ultime extension de l'usine, on édifie un hall destiné à recevoir des fours à cloches servant à recuire sous vide les rouleaux de fils ou bandes pour leur garder un aspect brillant.

Le dernier acte est arrivé. Le 27 juin 1978, la faillite des usines de Moulins est prononcée. A ce moment, le personnel était déjà réduit à une centaine de personnes. 

En 1978, la société Trimex rachète l'actif de la société de Rosée mais l'expérience ne durera guère. 

Moulins, qi a connu pendant un siècle et demi, une activité grandissante et soutenue, Moulins désormais n'a plus d'autre avenir que celui d'une ruine industrielle. 

52.jpg

L'usine de Rosée en 1910. 

53.jpeg

Prospectus des produits vendus en 1848.

54.jpeg

Aspect de l'usine lors de son plus grand développement.