google analytics

04/10/2017

Décès de Marcel Matz

DSC_0657.JPG

Notre cher Marcel s'en est allé ce jeudi 26 septembre 2017, épuisé. Homme fruste mais amical, attachant, volontiers fort en gueule, mais sensible, très aimanté par les femmes, Marcel a connu une écrasante vie de travail et était reconnu par ses collègues comme un homme costaud et vaillant.

Dans son récit de vie, il retrace ainsi son parcours. "J’ai travaillé à 14 ans. J’ai d’abord travaillé à la ferme Callène, je faisais le nettoyage, le nourrissage des bêtes, je m’occupais de l’élevage de moutons. Je ne me souviens pas de tout. Ensuite, vers 15 ou 16 ans, je crois, j’ai travaillé aux Chemins de fer. J’ai travaillé à Ciney, à Tamines, à Charleroi. Mon travail, c’était l’entretien et la réparation des rails et des voies ferrées. J’ai travaillé à peu près jusqu’à l’âge de 60 ans."

Marcel n'était pas un homme de la nostalgie, il n'aimait guère se souvenir comme en atteste son récit: "J’avais des bêtes, des moutons et de la volaille, des lapins. Je mangeais ma volaille et mes lapins, pas les moutons, je les vendais, je ne voulais pas les manger. Je faisais également un grand jardin dans lequel je plantais des pommes de terre, de la salade, des haricots, des choux, des poireaux, des carottes et des oignons. J’avais un chien aussi, il s’appelait Jacky, il a vécu longtemps. Puis j’ai eu aussi un grand bouvier noir qui s’appelait Fala. Et un chat qui s’appelait Mirette. J’aimais être dehors, à l’air, avec mes animaux, dans mon potager. Maintenant, je ne saurais plus. Mes jambes ne me portent plus.Je n’ai jamais trop aimé la télévision. Je la regardais très peu. Maintenant, il faut que j’arrête, je suis fatigué. Les souvenirs me fatiguent. Je n’aime pas tout ça." 

L'homme se dit dans cette évocation. Ce qu'il aime s'y trouve et le peu de goût qu'il a pour la parole ou pour la mémoire. Marcel avait aussi un sourire convaincant. Veuf d'Andrée Dinon, Marcel était né à Foy-notre-Dame en 1934. Nous souhaitons à ce bon gros étourneau sansonnet que nous avons beaucoup aimé, une roselière accueillante, paisible, pleine de sifflées mélodieuses et d'oiselles bienveillantes.

marcel.jpg

03/10/2017

Fête Sainte-Anne 2017 - Ateliers en folie

Nouvelle formule de la Fête Sainte-Anne

Ce dimanche 1er octobre 2017, la résidence expérimentait la nouvelle formule de sa fête annuelle.

Cette année le service animation avait décidé de revoir complètement l’organisation de la fête résidentielle. L’objectif était de recentrer Evènement sur le résidant et sur la vie résidentielle (activités sociales, médicales et culturelles). 

Nous avons convié le dimanche 1er Octobre 2017 à partir de 13h30 les amis, les parents, les proches de nos pensionnaires ainsi que nos collègues à une grande fête dans laquelle on trouvait :

Des ateliers de travail tels qu’ils sont proposés aux résidants : ateliers bricolage, relaxation, Bingo, gymnastique, bien-être, socio-culturel, Afrique (mode, danse, spécialités culinaires)…  Ils ont été proposés tout au long de la journée à nos résidents et à nos visiteurs.

Des ateliers ouverts  aux talents non professionnels de la résidence : talents musicaux (guitare, flûte, chant…), expositions (3 artistes ayant vécu ou vivant dans la maison : Camille Defrance (peinture), André Deroubaix (dessinateur), Joseph Eekhoudt (photographe)

Des ateliers de petites restauration, démonstration pâte à sucre et bars (bières, fromages, cupcakes, crêpes bretonnes, flamiche)

Deux scènes musicales : NANOU (chanson française d’aujourd’hui) et THIERRY WESMAEL (clavier, accordéon, chant).

Mais aussi des jeux d'adresse (tir aux boites, Sjoelback), des démonstrations du matériel médical, un atelier relaxation, une démonstration de danse country avec le groupe RIVERSIDE. Le reportage photographique, réalisé par Justine Grégoire, Alyson et Denys révèle l'ambiance de la fête. L'enquête de satisfaction laisse apparaître que la nouvelle formule a produit une excellente impression, les gens sont très enthousiastes et demandent qu'elle soit reconduite l'année prochaine. Un examen méticuleux  du fonctionnement nous aidera à apporter les améliorations nécessaires. Mais le bilan est extrêmement positif. Grand et fervent merci à tous les membres du Personnel qui ont mené avec zèle et compétence l'ensemble des ateliers. Spécial merci à Nanou pour sa magnifique et longue prestation.  

DSC_0014.JPG

BXNJ6720.jpg  CSC_0222.JPG

CSC_0245.JPG  DSC_0001.JPG  

DSC_0002.JPG  DSC_0004.JPG

DSC_0025.JPG

DSC_0006.JPG  DSC_0007.JPG

DSC_0009.JPG  DSC_0011.JPG

DSC_0012.JPG  DSC_0014.JPG

DSC_0016.JPG

DSC_0017.JPG  DSC_0018.JPG

DSC_0021.JPG

DSC_0043.JPG  DSC_0022.JPG

DSC_0023.JPG  DSC_0024.JPG

DSC_0025.JPG  DSC_0026.JPG

DSC_0027.JPG  DSC_0028.JPG

DSC_0031.JPG  DSC_0032.JPG

DSC_0034.JPG  DSC_0035.JPG

DSC_0036.JPG  DSC_0038.JPG

SAM_6058.JPG

DSC_0039.JPG

DSC_0040.JPG  DSC_0041.JPG

DSC_0042.JPG  DSC_0043.JPG

DSC_0045.JPG  DSC_0046.JPG

DSC_0047.JPG  DSC_0048.JPG

DSC_0049.JPG

DSC_0050.JPG  DSC_0051.JPG

DSC_0052.JPG  DSC_0053.JPG

DSC_0054.JPG  DSC_0056.JPG

DSC_0070.JPG

DSC_0057.JPG  DSC_0060.JPG

DSC_0063.JPG  

DSC_0064.JPG  DSC_0065.JPG

DSC_0066.JPG  DSC_0069.JPG

SAM_6065.JPG

DSC_0193.JPG

DSC_0149.JPG  DSC_0071.JPG

DSC_0072.JPG

DSC_0074.JPG  DSC_0075.JPG

DSC_0076.JPG  

DSC_0079.JPG

DSC_0081.JPG  DSC_0084.JPG

DSC_0086.JPG  DSC_0087.JPG

DSC_0089.JPG  DSC_0093.JPG

DSC_0097.JPG

DSC_0099.JPG  DSC_0098.JPG

DSC_0089.JPG

DSC_0102.JPG  DSC_0103.JPG

DSC_0104.JPG  DSC_0105.JPG

DSC_0108.JPG  DSC_0109.JPG

DSC_0110.JPG  DSC_0111.JPG

DSC_0113.JPG  DSC_0117.JPG

DSC_0120.JPG  DSC_0123.JPG

DSC_0124.JPG  DSC_0126.JPG

DSC_0128.JPG  DSC_0129.JPG

DSC_0130.JPG  DSC_0131.JPG

DSC_0132.JPG  DSC_0133.JPG

DSC_0134.JPG  DSC_0135.JPG

DSC_0136.JPG  DSC_0137.JPG

DSC_0138.JPG  DSC_0139.JPG

DSC_0141.JPG

DSC_0142.JPG  DSC_0143.JPG

DSC_0144.JPG  DSC_0146.JPG

DSC_0091.JPG

DSC_0148.JPG  DSC_0149.JPG

DSC_0150.JPG  DSC_0152.JPG

DSC_0154.JPG  DSC_0156.JPG

DSC_0155.JPG

DSC_0157.JPG  DSC_0158.JPG

DSC_0159.JPG  DSC_0160.JPG

DSC_0161.JPG  DSC_0162.JPG

DSC_0163.JPG  DSC_0164.JPG

DSC_0165.JPG  DSC_0166.JPG

DSC_0167.JPG  DSC_0168.JPG

DSC_0169.JPG  DSC_0215.JPG

DSC_0170.JPG

DSC_0171.JPG  DSC_0172.JPG

DSC_0173.JPG  DSC_0176.JPG

DSC_0175.JPG  DSC_0179.JPG

DSC_0180.JPG  DSC_0181.JPG

DSC_0182.JPG  DSC_0183.JPG

DSC_0184.JPG  DSC_0188.JPG

DSC_0189.JPG  DSC_0190.JPG

DSC_0192.JPG  DSC_0194.JPG

DSC_0196.JPG  DSC_0197.JPG

DSC_0199.JPG  DSC_0198.JPG

DSC_0200.JPG  DSC_0203.JPG

DSC_0205.JPG  DSC_0206.JPG

DSC_0207.JPG  DSC_0209.JPG

DSC_0210.JPG  DSC_0212.JPG

DSC_0213.JPG

DSC_0217.JPG  DSC_0218.JPG

DSC_0219.JPG  DSC_0223.JPG

DSC_0224.JPG  DSC_0226.JPG

DSC_0228.JPG  DSC_0232.JPG

DSC_0233.JPG  DSC_0234.JPG

DSC_0235.JPG  DSC_0236.JPG

DSC_0237.JPG  DSC_0239.JPG

DSC_0240.JPG

DSC_0242.JPG  DSC_0243.JPG

DSC_0246.JPG  DSC_0247.JPG

DSC_0249.JPG  DSC_0250.JPG

DSC_0252.JPG  

DSC_0253.JPG  DSC_0254.JPG

DSC_0255.JPG

EWFI7456.jpg  FKFT9620.jpg

SAM_6056.JPG  SAM_6066.JPG

SAM_6061.JPG

 

20/09/2017

Décès Désiré Willems

Départ de Désiré

SAM_5293.JPG

SAM_6035.JPGEntré à la Résidence-services en 2013, Désiré était né en 1930, il nous a quittés le 15 septembre à 00.40. Il était fermier et cultivateur à Hordenne, au-dessus d'Anseremme, dans une grande ferme carrée tout à fait à l'écart, près du château. La ferme possédait une cinquantaine de vaches et cultivait le froment, le maïs. Désiré travaillait avec son frère Emile rentré d'Afrique en 60. Jusque là, il avait travaillé avec son père. Désiré et Emile ont travaillé ensemble jusqu'en 1986, date de la fin du bail. L'entente était bonne, ils avaient chacun leur domaine bien précis, chacun leurs responsabilités bien déterminées. Mme Ferauche, épouse de Désiré, travaillait dans une pharmacie. Le couple s'occupait beaucoup de sa nièce Héloïse. Après 86, Mme Ferauche a été hospitalisée, souffrant du syndrôme de Guillain-Barré, très invalidant, paralysant.  J'étais, confie Mme Ferauche, désarticulée comme une poupée de chiffon. Héloïse est momentanément rentrée chez sa mère. L'hospitalisation a duré plus de cinq mois. Désiré allait la voir tous les jours. Sa présence, confie l'épouse, m'a fait l'effet d'un médicament. De retour à la maison, Désiré s'est beaucoup occupé de son épouse. Il la prenait très bien en charge. On s'entendait bien, confie-t-elle, on a aussi beaucoup ri ensemble. C'était une bonne époque.

Désiré était passionné par ses chiens et en prenait grand soin. 

Chez nous, petit à petit, Désiré ne pouvait plus rien faire, il était pratiquement immobilisé. Il ne se déplaçait plus guère.  Il était considérablement affaibli. Désiré a beaucoup travaillé, explique son épouse, il n'était pas bien grand, il était très vaillant au travail, il s'est épuisé. A la Résidence-services, Désiré faisait de plus en plus de chutes. Il a été admis à Sainte-Anne finalement. 

SAM_6037.JPG