google analytics

22/11/2015

Attentats dans Paris et Bruxelles en état d'urgence

Ces événements ont été abordés avec les résidants lors des activités du 22 novembre 2015 avec bilan des attentats, explication du niveau 4 d’alerte sur Bruxelles (menace sérieuse et imminente). Les résidants ont suivi attentivement les faits, lors de la séance, ils ont pu s’exprimer et donner leurs impressions : Colère et incompréhension devant la folie meurtrière des terroristes, effarement devant cette violence effrénée, tristesse devant le désastre et le chagrin des parents des victimes, nouveau genre de guerre sournois et imprévisible, volonté d’effrayer l’Europe et de la désorganiser, coût énorme des mesures de surveillance, ces budgets, sans les attentats, auraient pu être affectés à des projets sociaux utiles, ces mesures sont hélas justifiées, voyons combien de temps cela va durer,….

Le Carillon, où a eu lieu l'une des attaques terroristes du 13 novembre 2015

PARIS MEURTRIE

Les attentats du 13 novembre 2015 en France, survenus dans la soirée du vendredi 13 novembre 2015, et revendiqués par l'organisation terroriste État islamique, sont une série de fusillades et d’attentats-suicides qui s’est produite en Île-de-France, pour l’essentiel à Paris dans les 10e et 11e arrondissements (rue Bichat, rue de la Fontaine-au-Roi, rue de Charonne, au Bataclan, et boulevard Voltaire), ainsi qu’à Saint-Denis aux abords du stade de France.

Des coups de feu visant des terrasses de restaurants et cafés font plusieurs dizaines de morts dans les 10e et 11e arrondissements de Paris. Dans le même temps, des terroristes kamikazes se font exploser aux abords du stade de France, où se déroule un match amical de football France-Allemagne. Parmi les six attaques, la plus meurtrière a lieu dans la salle de spectacle du Bataclan, boulevard Voltaire, où des terroristes tirent sur la foule assistant au concert du groupe de rock américain Eagles of Death Metal.

Au 20 novembre 2015, le bilan des victimes de l'ensemble de ces attaques (sans compter les terroristes) fait état de 130 morts et de 352 blessés (sans compter les personnes psychologiquement blessées). Sur les sept terroristes morts, un a été tué par la police, cinq se sont suicidés en déclenchant leur ceinture d'explosifs, ce qui fait de ces attentats les premiers attentats-suicides en France, et un a été tué par le déclenchement accidentel de sa ceinture d'explosifs2. De par le nombre total de morts, ces attentats sont les plus meurtriers perpétrés en France depuis la Seconde Guerre mondiale. Jamais un bilan n’a été aussi lourd en Europe depuis les 191 morts des attentats de Madrid du 11 mars 2004.

Abdelhamid Abaaoud, qui selon les autorités françaises a joué un « rôle déterminant » dans l'organisation de ces attentats, est tué le 18 novembre 2015, lors d'un assaut donné par les forces de police à Saint-Denis.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_du_13_novembre_20...

 

BRUXELLES EN NIVEAU D’ALERTE 4

C’est une mesure des plus exceptionnelles que celle enclenchée en milieu de nuit par l’Ocam, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace qui a décidé de pousser le curseur au maximum, estimant le danger à 4 sur une échelle de 4 et ce, en Région bruxelloise, le reste du pays restant au niveau 3. Un niveau 4 déjà enclenché par deux fois, fin 2007, lorsque le feu d’artifice a été annulé à Bruxelles et, plus récemment, après l’attentat contre le musée juif, indique-t-on à la direction générale du Centre de crise qui met en avant une « menace imminente en Région bruxelloise ».

Par ailleurs, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort réunit à 11h00 le conseil de sécurité de la Région pour assurer la coordination entre les différents services et autorités compétentes. «  Je veux donner un message de prudence et de vigilance aux Bruxellois. Mais aussi les rassurer: tout est sous contrôle  », a-t-il indiqué.

Le Premier ministre Charles Michel a réuni quant à lui le Conseil national de sécurité ce samedi matin avec les vice-premiers ministres chargés de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de la Justice et de l’Economie. «La menace est suffisante pour passer au niveau d’alerte quatre, nous devons maintenant prendre des mesures», a déclaré à son arrivée Jan Jambon (N-VA).

Plusieurs recommandations

Pourquoi déclencher cette fois l’alerte en pleine nuit ? « L’analyse démontre une menace sérieuse et imminente nécessitant la prise de mesures de sécurité spécifiques ainsi que des recommandations particulières à la population », indique le Centre de crise sur son site internet .

Parmi les recommandations : éviter les lieux à forte concentration de personnes au sein de la Région bruxelloise (les concerts, les grands événements, les gares et aéroports, les transports en commun, les lieux à forte concentration commerciale). Faciliter et respecter les contrôles de sécurité. « Ne diffusez pas de rumeurs : suivez les informations officielles des autorités et services de police ». Selon le Centre de crise, il était important de diffuser l’information au plus vite. « Pour que chacun soit informé dès ce matin ».

http://www.lesoir.be/1049797/article/actualite/belgique/2...

http://realtimenews.eu/fr/attentats-du-13-novembre-etat-d...

29/05/2015

Rops au CCRD

Félicien Rops à Dinant

a a rops.jpeg

F é l i c i e n    R o p s

De la Meuse à la Seine

20/06 - 11/10 2015

les samedis, dimanches et jours féries de 14.00 à 18.00 - du mardi au vendredi de 14.00 à 18.00 et de 13.00 à 17.00 à partir du 1er septembre  2015 - Entrée libre

Quatre figures héroïques entrent au Panthéon ce 27 mai 2015

GERMAINE TILLON - GENEVIÈVE DE GAULLE-ANTHONIOZ - PIERRE BROSSOLETTE - JEAN ZAY 

a a panthéon.jpg

Germaine Tillon (ethnologue et résistante, déportée à Ravensbruck durant l’occupation,elle a témoigné des horreurs de la guerre et de toutes les guerres, de la détention en camp (Allemagne et Russie) jusqu'à sa mort, Prix Pullitzer en 47 pour ses actes héroïques), Geneviève de Gaulle-Anthonioz (n'a que 20 ans quand l'occupation allemande commence. L'étudiante devient résistante. Arrêtée en 43, puis déportée, elle survit à la guerre et commence alors un combat contre la pauvreté, elle est dirigeante de l'ATD Quart-Monde*, elle décède en 2002) Jean Zay (résistant, ministre de l'Education du Front Populaire, conçoit le projet de l'ENA, du CNRS et du Festival de Cannes. Juif et franc-maçon, il est arrêté pour avoir refusé la collaboration au lendemain de la défaite. Il est assassiné en juin 1944 ), Pierre Brossolette, (homme de gauche, a soutenu Léon Blum et Front Populaire. A rejoint Londres en 1942, arrêté en 44 par la gestapo, pour ne livrer personne, il se suicide par défenestration).

* ATD Quart-Monde : initialement Aide à Toute Détresse, devenu Agir Tous pour la Dignité. Fondé par le père Joseph Wresinski en 1957, cette association a pour but l'éradication de l'extrême pauvreté. Geneviève de Gaulle Anthonioz rencontre le père Joseph en 1958, elle retrouve à Noisy-le-Grand la misère mais aussi la fraternité qu'elle a vécues en étant déportée par les nazis au camp de Ravensbrück. A la mort de deux enfants dans un incendie au camp en 1960, elle se lie définitivement à ces familles très pauvres et accepte à partir de 1964 la présidence de l'association jusqu'en 1998.

Le Panthéon, situé à Paris, est le temple républicain de la mémoire collective, il accueille les grands êtres (hommes et femmes) qui ont servi la nation et se sont distingués à son service. Au fronton de l'édifice, on lit cette devise : "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante". On y trouve, pour citer quelques exemples, Marie Curie, Sadi Carnot, Victor Hugo, Jean Moulin, Louis-Antoine de Bougainville, Jean Jaurès, Louis Braille, Condorcet, André Malraux, Alexandre Dumas, Léon Gambetta, Jean-Jacques Rousseau, Voltaire ou Zola. 

a a panththéon 2 G T.jpg

Ici, successivement, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillon, Pierre Brossolette, Jean Zay.