google analytics

19/04/2017

Anhée en cartes-vues (1900-1950) Troisième partie

Article et commentaire de Jean Closset

Avant-propos

Le 4 septembre 1944 peut être appelé le jour de deuil de la commune d'Anhée. 

Ce jour-là, des militaires de la Panzerdivision SS Hitlerjugend ont exercé leur cruauté sur de paisibles citoyens. Descendant la rue du village, ils obligeaient les gens à sortir des caves, tiraient à bout portant sur des hommes et mettaient le feu aux maisons. 

C'est ainsi qu'un jeune homme de vingt ans fut abattu sous les yeux terrifiés de ses parents. Un père de famille qui était sorti avec ses jeunes enfants pour les mettre en sécurité, reçut l'ordre de les abandonner et fut abattu sur le champ. 

Après cette tragédie, on dénombra treize morts, 58 maisons incendiées, 15 autres endommagées. 

1.jpg

Le quartier du Forbot complètement incendié. 

2 Rue de la libération.jpeg

Ce qu'il reste de la maison Wiart.

3 Rue JJ Petit.jpeg

Maisons incendiées rue du Village, actuellement J.-J. Petit (premier bourgmestre d'Anhée après l'indépendance en 1830).

4 Baraquement Wiart en face de leur maison.jpeg

Les sinistrés n'ayant plus de toit furent relogés dans des baraquements en bois. Ils y restèrent jusqu'en 1950 environ, c'est-à-dire jusqu'à la reconstruction de leur maison. 

Anhée en cartes-vues (1900-1950) Deuxième partie

Article et commentaires de Jean Closset

1 Bauchau.jpg

Abordons la rue du Village, la bien-nommée, puisque sous l'Ancien Régime, la presque totalité des maisons y étaient groupées.

Nous voyons ici, à gauche la ferme d'Anhée qui appartint à l'Abbaye de Moulins jusqu'en 1796. Elle a été incendiée le 4 septembre 44 par les SS et ne fut jamais reconstruite. A droite se situe le château Bauchau.

2 Bauchau.jpg

La façade principale du château Bauchau regardait vers la Meuse. Son parc était bien ordonné et arboré. Le château aussi fut incendié le 4 septembre 1944 et reconstruit vers 1950 dans des proportions réduites. Actuellement, il est la propriété de la Croix-Rouge qui y a fait un home pour enfants. 

3 Forbot 1940.jpg

Cette peinture de 1940 montre le quartier le plus ancien d'Anhée, le Forbot. C'était un bloc de petites maisons, sans doute du dix-septième siècle et imbriquées les unes dans les autres. Les SS l'incendièrent le 4 septembre 44. Les maisons ont été reconstruites sur des parcelles rectifiées et permettant un élargissement de la rue. 

4 Anhée 1906 Près de l'hôtel de la Meuse.jpg

Voici l'un des plus vieux hôtels aménagé dans un immeuble qui existait déjà au dix-septième siècle.  Sa terrasse donnait vue sur la Meuse et les rochers de Champalle.

5 Anhée 1910 Fontaine.jpg

La distribution d'eau potable à Anhée date de 1936. Avant cela, il y avait quelques pompes publiques réparties dans le village. Voici une vue de l'une d'elles. Remarquons à côté un bac en pierre réservé à la lessive, ce que font les deux dames. A l'arrière-plan, remarquons les imposants rochers de Champalle. 

6 Anhée 1910 Rue de la station et place.jpg

Nous sommes rue de la Gare qui longe la Place communale. A l'époque, il y avait encore des tonneaux en façade recueillant les eaux de pluie. 

7 Anhée 1912 Rue de la station.jpg

Nous voici en haut de la rue de la Gare. A droite, la maison communale bâtie en 1870 et qui servait également d'école. A gauche, le bien-nommé Café de la Station car se trouvant très près de la gare.

8 Anhée 1903 Gare .Adeline Delannoy.jpg

La gare d'Anhée a été construite peu avant 1890. La ligne 150, Tamines-Jemelle, fut posée par tronçons en partant de Tamines. Le trafic ferroviaire atteignit Anhée en 1890 et n'alla pas plus loin pendant quelques années. Si bien que pour se rendre à Dinant ou à Namur, il fallait aller à la gare d'Yvoir pour trouver la ligne du nord belge. Le Café de la Gare, à gauche de la vue, a été géré pendant quelques années, jusqu'en 1906, par mes grands-parents. Sur le seuil madame Adeline Colpé Delannoy, ma grand-mère.

9.jpg

Intérieur de la gare d'Anhée dans les années 1920. Elle est équipée d'un quai de chargement pour la mise en wagon du bétail et des bois abattus. La fonderie, elle, disposait d'un raccordement privé relié à la ligne 150. 

10 Anhée 1910 Gare et cheminée de la briqueterie.jpg

Vue de la gare d'Anhée vers 1910. Remarquons la grande cheminée élevée à côté de la ligne. Elle servait à une briqueterie installée tout à côté et qui ne fut active que pendant quelques années. 

11 Anhée 1910 Senenne.jpg

Vue du château de Senenne avant 1914. L'endroit fut le siège de la paroisse au moins pendant 900 ans. Dès la construction d'une église à Anhée (1845), la propriété de Senenne est revendue à madame Bauchau. Lors de la construction d'un château en 1857, l'ancienne maison du curé, attenante au château, fut conservée et améliorée. Celui-ci fut fortement endommagé par des tirs d'artillerie en août 1914 et reconstruit dans des proportions réduites.

12.jpeg

Au cours de la guerre 14-18, les Allemands firent établir un cimetière militaire précédé d'un monument massif, au lieu dit "Petit Bois", non loin de Senenne. Les militaires tombés dans la région y furent inhumés, d'un côté les Allemands, de l'autre les Français. En 1937, le cimetière fut désaffecté et les restes humains regroupés dans de grands cimetières militaires.

13 Anhée 1918 .La gare.jpg

Après leur retraite, en novembre 1918, les Allemands furent remplacés par nos alliés britanniques qui demeurèrent jusqu'en mars 1919. Nous voyons ici la gare d'Anhée où débarque le charroi militaire. 

14.jpg

Un groupe de militaires britanniques sur la Place communale. Remarquons les grands chiffres inscrits à la façade de la maison. Cela vient des  Allemands qui, pour la facilité de leur cantonnement, avaient opté pour une numération continue des maisons. 

15.jpg

Pour la Noël 1918, les Britanniques ont fait placer des sapins le long des rues pour répondre ainsi à leur tradition.

16 Anhée 1918 Rue grande 3.jpg

La Grand-Rue d'Anhée. Nous remarquons à gauche, la ferme Jacmart, la Brasserie Rabozée et dans le fond, la route dite "Vieille Ruelle" qui mène à Moulins. 

17.jpg

La Grand-Rue en direction de Dinant. A droite, la chapelle Saint-Hubert.

19.jpg

L'église lors de la sortie de la messe. En 1914, les Allemands prennent pour cible l'église, estimant que c'était un bon observatoire pour les Français. Elle fut gravement endommagée par des tirs d'artillerie. Remarquons les réparations provisoires au toit au moyen de carton bitumé. 

20.jpg

Toujours au temps de Noël 1918, une vue du château Bauchau dont nous mesurons mieux l'importance du volume. En face, la ferme ayant appartenu à l'abbaye de Moulins. 

21 Bras de Meuse 1900.jpg

Cette photo prise vers 1900 nous montre le bras de Meuse qui séparait le village de l'île. La dépression n'est pas encore comblée. Au loin, le château de la Molignée à Moulins.

22 Anhée 1934 Congrès euch jpg.jpg

Le 4 juin 1934, eut lieu à Anhée, un grand congrès eucharistique. La population, dans un effort unanime, avait participé à la décoration des rues. Des guirlandes portant des roses couraient tout le long du parcours. Les gens du quartier ont été photographiés à côté de leur portique, leur fierté. 

23.jpg

Portique avant la Place communale. 

 

Nous voici à l'extrémité nord d'Anhée. Ici se trouve le portique le plus élaboré grâce à un artisan sachant modeler la tôle. Arrivé ici, le cortège redescendait par la rue du village visible à droite.

24 Anhée 1934 Congrès euch.jpg

Portique rue du Village. Admirons cet entrelacs de guirlandes. Que de patience pour le réaliser !Anhée 1934 Congrès euch8  - Copie.jpg

18/04/2017

Anhée en cartes-vues (1900-1950) Première partie

Anhée en cartes-vues (1900-1950)

par Jean Closset

Note liminaire

Le village d'Anhée a le privilège de se loger dans un élargissement de la vallée de la Meuse, les collines se dirigeant vers l'ouest pour former ce que l'on appelle le golfe d'Anhée. 

Avant la canalisation de la Meuse, c'est-à-dire avant 1850, une île bordait le village jusqu'à Moulins. La Meuse se divisait donc en deux bras dont le bras ouest longeait les maisons de la rue du Village. Il sera comble et la surface de l'île rattachée au village. Pour rappel, c'est là que fut établi !un camping de 1950-2008. Actuellement, on projette de faire de cet espace un parc de loisirs. 

Sous l'ancien régime, les maisons des manants sont toutes regroupées le long d'une seule rue, appelée rue du Village et longeant la Meuse. Tout le reste du territoire se compose de grandes terres de culture appartenant aux deux fermes de l'abbaye de Moulins ou à la ferme d'Odrimont. Aucune extension du village n'y est possible.

En 1796, les terres de l'abbaye étant nationalisées par le régime français, sont vendues au plus offrant qui est un Français nommé Rousseau. A son décès en 1826, sa fille vend la propriété en la morcelant. L'urbanisation de la grand-route peut commencer. 

1 Panorama vu de gr cheminée.jpeg

Panorama d'Anhée vu du haut de Moulins. Quelle harmonie dans les lignes, quelle impression de paix ! Le long de la Meuse, le village se loge dans la verdure. A l'horizon, la ligne des collines fuit vers Dinant. A l'ouest on remarque que les collines se dirigent vers le couchant pour former le golfe d'Anhée. Le paysage respire l'ordre et la sérénité. "O, récompense après une pensée qu'un long regard sur le calme des dieux" (Paul Valéry). 

2 Anhée  Face à Champalle.jpeg

Vers l'ouest, Anhée regarde vers la chaîne des rochers de Champalle allant de Poilvache jusqu'à Yvoir. La région wallonne a racheté ces rochers jusqu'au-delà de la crête pour y créer un sanctuaire où n'ont place que la flore et la faune. Les rochers resteront donc tels, présentant au regard leurs formes bouleversées où s'accroche la verdure. 

3 Anhée 1950 Vue vers Moulins.jpg

Nous nous trouvons à la partie nord du village, la route devant nous prend la direction de Moulins dont on aperçoit les premières maisons. L'établissement d'un nouveau pont dans les années 1970 a bouleversé les lieux. A cet endroit, une route aux courbes nombreuses, rejoint la route de la Molignée.

4 a Anhée 1920 Grand'rue et rue du village.jpg

Voici en 1906 le début de la grand-route en direction de Dinant. A gauche, l'embranchement de la rue du Village, celle où se regroupaient les maisons sous l'ancien régime. Depuis 1950 cette rue est celle de la Libération. Remarquons l'une des pompes publiques avec son bac pour la lessive.

4b.jpg

Voici en 1906 la grand-route vers Dinant. Dans le fond, la brasserie Rabozée et la ferme Jacquemart. Actuellement, la plupart des maisons de la rue ont été transformées et modernisées. 

5 Anhée Grand'route vers Namur 1908.jpg

Nous sommes dans la grand-rue. Sur le côté droit, une maison de maître. Elle fut construite vers 1875 par le fondeur de cloches Causard. Son atelier se trouvait dans la rue du Village, à l'arrière de sa maison. De nombreuses cloches, de tous calibres, y ont été fondues pour équiper des églises. Ce fut le cas à Marbehan, Spa, Profondeville, Weillen, Cerfontaine, etc. Des cloches plus petites ont été fondues pour équiper des collèges et des gendarmeries. La production fut arrêtée en 1893.

6 Anhée Brasserie Rabozée 1912.jpg

Au coude de la grand-rue, la Brasserie Rabozée construite en 1858. Elle produisait de la bière de table et une bière en petite bouteille appelée bock. La clientèle se répartissait dans la région et était desservie par des tournées faites avec des camions de brasserie tirés par des chevaux. La brasserie fut fermée en 1940 et ne fut pas réactivée.

7 hotel cont 1910 - Copie.jpg

Passé le coude, la rue redevient droite. Sur le côté gauche, remarquons successivement, l'habitation du brasseur Rabozée, la Brasserie, la ferme et enfin, ce qui deviendra l'Hôtel Continental où je suis né.

8 hotel continental  1910.jpg

Nous voici devant l'Hôtel Continental, ouvert dans un immeuble datant des années 1830. Après de grands travaux, l'hôtel ouvrit ses portes en 1907. A la façade, remarquons une lanterne. A Anhée l'électricité ne fut distribuée qu'en 1913. Le bâtiment fut racheté par l'Etat dans les années 1960, pour construire dans le jardin un complexe scolaire. le vieil immeuble fut abattu en 1978. 

9 hotel continental 1927.jpg

Le même hôtel fut remanié plusieurs fois : construction d'un toit mansardé et d'une marquise. Nous le voyons ici en 1927. La clientèle en était les familles venues passer leurs vacances à la campagne et qui souvent revenaient les années suivantes. 

10 Anhée 1923 Hôtel continental.jpg

La grand-rue au début des années 1920. Trois personnes devisent sur la route sans se garder du charroi. A gauche, la charrette du boulanger est rangée sur le trottoir en attendant la distribution du pain. Un tombereau s'éloigne lentement. Tout est calme. c'est le paisible tableau de la vie villageoise.

11 Anhée 1902 Hôtel Piérard.jpg

Cette vue est prise en 1903 peu avant la Place communale. Nous sommes devant l'un des plus vieux hôtels d'Anhée, celui des sœurs Piérard. La clientèle est nombreuse et assise à la terrasse. Une voiture attelée d'un cheval attend. Rien ne passe sur la grand-route. 

12 Anhée 1910 Hôtel des sports Ed Laflotte.jpg

Vue du même hôtel vers 1910. Les soeurs Piérard s'en sont allées gérer un hôtel à Anseremme. L'établissement d'Anhée est repris par un homme actif et entreprenant, Monsieur Verdin, qui donne à son hôtel un nom plus moderne, l'Hôtel des Sports. En face de chez lui, il fait bâtir un garage, ce qui attirera la clientèle des premiers automobilistes.

13 Anhée  1927  Rue grande et hôtel.jpg

Vue de la Rue-Grande en 1927. Elle est presque toute bâtie. Un immeuble de classe a remplacé la maison qui jouxtait l'Hôtel des Sports.

14 Anhée 1910 La Place.jpg

Nous voici à la Place communale. Devant nous l'église et l'école des filles. En 1857 madame Bauchau, maître de forges à Moulins, s'est émue du fait que les filles n'avaient pas d'école. Elle en fit bâtir une à ses frais et appela les sœurs de Pesche. L'église est bâtie en 1845 sur un terrain appartenant à la même dame Bauchau qui reçut en échange le terrain sur lequel se trouvait l'antique église de Senenne, désacralisée. 

15 Anhée 1926 Place et canons.jpg

Voici encore la Place communale vers 1927. Le monument aux morts de la guerre 14-18 a été élevé et deux canons pris aux Allemandes l'encadrent. Lorsque reviendront les Allemands en 1940, les deux canons anciens seront promptement enlevés. 

16.jpg

Nous sommes à la Grand-Route et cependant nous apercevons la gare d'Anhée. A cette époque, l'angle de la rue et de la place n'a pas encore été bâti, cela se fera après la guerre 14-18. Un boulanger, monsieur Warny, fera bâtir son magasin et son atelier dans les années 1920.

17 Anhée 1918 rue matante.jpg

Ce que nous voyons à gauche, c'est l'angle de la plus vieille maison d'Anhée. Au dix-huitième siècle, c'était l'Auberge Del Saule. Les archives ont retenu la confrontation entre le fermier de Grange et les Pescador d'Yvoir, voleurs et voyous, jusqu'à ce que la justice s'occupe d'eux. Le fermier de Grange ne dut son salut que pour s'être enfermé dans une pièce dont les Pescador ne purent forcer la porte. Ainsi le rapportent les archives. A droite, de la maison, la rue Matante. 

18 Anhée 1905  grand-route.jpg

Voici la grand-rue vers 1905. Nous voyons à droite la vieille maison qui fut auberge au dix-huitième siècle. Vers 1850, l'immeuble vétuste fut divisé en trois parties où prirent place une banque, un commerce et une maison particulière. Ainsi disparut cette maison archaïque. 

19 Anhée 1920 .jpgRue grande.jpg

Ces immeubles sont parmi les derniers avant d'arriver à la Chaussée de Dinant. A l'époque les petits commerces ne manquaient pas ! 

20 Anhée 1910 Chaussée de Dinant Ed Laflotte.jpg

Nous voici à l'entrée de la chaussé de Dinant. En 1914, il n'y avait là que trois immeubles bâtis. Nous les voyons ici. Le dernier s'appelait la Villa des Houx. Durant les années 1920-1930, de nombreuses maisons, certaines étant de grosses villas, ont été construites tout le long du côté gauche de la chaussée, en direction de Dinant. 

21 Anhée  1925 Usine St Joseph.jpg

L'autre côté de la Chaussée de Dinant a connu un destin industriel. En 1907, la SA des Fonderies et Forges de Couvin décida de bâtir une fonderie à Anhée. Ce sera la Fonderie Saint-Joseph, active dès 1908. On y fabrique des objets en fonte : casseroles, articles sanitaires, marmites et nègres-pots. Ceux-ci sont des marmites à trois pieds sous lesquelles on allumait un feu pour cuire les aliments. Avec le temps, la fonderie prit de l'extension, un département produisant des radiateurs de chauffage central. Sur la carte-vue, nous voyons l'usine dans son état vers 1925-1930. 

22 Anhée  1925 Usine St Joseph 2.jpg

Nous voyons ici l'émaillerie où les marmites passent au four. La fonderie ferma ses portes en 1958, de nouveaux matériaux étant apparus qui remplaceront la fonte. 

23 Anhée 1934 Les Terrasses.jpg

Nous faisons un bond dans l'espace, traversant les campagnes d'Anhée pour arriver dans un quartier justement nommé "Bout des campagnes". Quelques maisons y ont été construites. La vue présente l'Hôtel des Terrasses bâti en 1932. En 1940, il devint maison particulière.