google analytics

19/09/2015

Décès Jean Wouters

SAM_0007.JPGJean Wouters, époux de la regrettée Marie-Paule Ronveaux qui a également séjourné à la résidence, s'est éteint ce 11 septembre 2015. Il était né à Anhée le 10 février 1926. Il était taciturne, secret, très correct et se tenait en retrait. Nous souhaitons à cette nature sombre, inquiète et distante des rendez-vous avec la lumière et la chaleur apaisantes. Pour évoquer sa mémoire, nous donnons à lire quelques éléments du récit de vie qu'il a réalisé avec nous en 2014.

Mon père s’appelait François. Il est né avec le siècle, en 1900. Il est venu vivre en Wallonie pour raison de mariage. Il est originaire de Flandre, de Borgerhout dans la province d’Anvers. Il était orfèvre à domicile, dans son atelier le long de la Meuse à Anthée. Il était également professeur à l’Ecole d’Art de l’abbaye de Maredsous. Il fabriquait notamment des objets religieux : des calices, des ciboires, …

Maman s’appelait Marcelle Puissant, elle est née en 1899 à Anhée. Elle était employée chez un notaire. C’est en venant donner des cours à l’Ecole d’Art que papa a fait la connaissance de Maman. Le mariage doit avoir eu lieu en 1925, je crois, à Anhée.

Papa est mort en 1972, il a succombé à un cancer. Maman est morte plus tard, vers 1980, d’une angine de poitrine.

François et Marcelle ont eu, Jean compris, quatre enfants.

-      Berthe : mariée avec JM Duterne (dcd), elle vit dans une maison de repos à Bioul.

-      Claire : mariée avec André Fecherole (dcd). C’est une femme très gentille, bienveillante, accueillante. C’est une artiste, elle peint à l’acrylique et fait de très belles aquarelles. Elle vient parfois me rendre visite.

-      Marie-Thérèse. 

a act a.jpgScolarité de Jean :

Je mène mes études primaires à l’école communale d’Anhée. Je poursuis en entreprenant des humanités (latin/grec) à l’abbaye de Floreffe. Je termine avec un cycle d’études à l’Ecole d’Art de Maredsous en orfèvrerie. 

Parcours professionnel :

J'exerce d’abord, durant une dizaine d’années, en tant qu’orfèvre chez mon père. Il est spécialiste en galvanoplastie (La galvanoplastie est de l'électrolyse, un traitement de surface sur un objet par un dépôt électrolytique). Ensuite, durant 5 ou 6 ans, je m’oriente vers la cuivrerie, toujours dans les mêmes ateliers. Pourquoi cette nouvelle orientation ? L’orfèvrerie devenait trop chère, c’était la crise. Ensuite, je connais un long temps de dépression, quatre années, dépression consécutive à la chute des affaires. Enfin, je travaille à Namur en tant que correcteur au quotidien Vers L’Avenir. J'y finirai, au terme de dix-huit années, ma carrière professionnelle. J' ai été un des derniers correcteurs du journal. Aujourd’hui, il y a vingt-quatre ans déjà que je suis pensionné.

Mariage : 

La rencontre avec mon épouse a été facilitée par le fait que nous étions voisins. Elle habitait rue du Bon Dieu et moi, rue Petit, deux rues très proches. On se voyait d’un jardin à l’autre. Mais épouse s’appelle Marie-Paule Ronveaux. Elle est née vers 1936. Elle était ma cadette de dix ans. Nous nous sommes mariés en 1955, je crois. Elle était professeure, elle sortait de Champion. Nous avons eu trois enfants : Emmanuelle, Etienne et Jean-François.

a oiseaux 3.jpg

Les commentaires sont fermés.