google analytics

17/09/2014

Décès d'Olga Jourdain

Notre doyenne Olga Jourdain

nous quitte

LEJ_0023.jpg

Olga avait 102 ans. C'était notre doyenne. Nous l'avons beaucoup aimée et respectée. Ses derniers jours ont été pénibles. Elle s'est éteinte ce 16 septembre à 18 heures. Après le choc de l'annonce, une vague de tristesse et de regret a submergé la résidence. Notre matriarche nous a quittés.

Je remets la main sur son récit de vie réalisé à l'occasion de son centième anniversaire, je le republie ici agrémenté des photographies de Jacky Lepage. 

LEJ_0056.jpg

Olga Jourdain est née à Franchimont le 28 mai 1912. Son père était contre-maître à la carrière de Franchimont et sa maman tenait une épicerie. Le couple possédait en outre trois ou quatre vaches. Olga avait un frère aîné, âgé de sept ans de plus qu’elle. Il s’appelait Oscar.

Olga a suivi l’enseignement primaire à Franchimont et a ensuite effectué ses moyennes chez les sœurs Notre-Dame de Philippeville.

Olga assistait sa maman à l’épicerie. Lorsque sa maman a été malade, Olga a également pris soin des vaches. Elle a appris à traire, à turbiner, à battre le beurre.

Olga s’est mariée en 1934 avec un jeune homme de Franchimont, Emile Huaux, qui travaillait comme fonctionnaire à l’Enregistrement à Florennes. Son époux est passé au bureau d’enregistrement de Dinant.

LEJ_0082.jpg

Sa maman est décédée le 22 mai 1937. Olga se souvient  très précisément de ce douloureux événement. C’était le mois de mai et pourtant, il y avait de la glace et de la neige au cimetière.

Veuf, le père a rejoint le couple à Neffe. Papa, dit Olga, est resté vingt-deux ans avec nous. Mon mari, poursuit-elle, était d’accord.

Le couple a eu un enfant, un fils, en 1944. Il se nomme Jean-Pierre et est kinésithérapeute indépendant. Olga a aussi un petit-fils, Pierre-Yves, qui est directeur des ventes dans une concession Opel.

Emile, le mari d’Olga, est décédé en 1968. Il avait 55 ans. Il s’est senti mal en arrivant au travail. Il a réclamé Olga. Elle a enfourché son vélo et s’est précipitée auprès de lui. Il se savait mourant, il l’a dit à son épouse. Il lui a fait trois recommandations qui relèvent du secret de famille et qu’elle a scrupuleusement respectées.

LEJ_0143.jpg

J’ai alors quitté Neffe, en 68, et je suis venue m’installer en appartement, chez Janus, à Dinant. J’y suis restée jusqu’à mon arrivée ici, il y aura sept ans au mois de septembre. J’ai pris la décision seule. Je me suis inscrite sur la liste d’attente de Sainte-Anne. J’y avais très longuement réfléchi. Cela me paraissait la décision la plus raisonnable, la meilleure solution. Mon fils a été surpris. Il était persuadé que je souhaiterais revenir à mon appartement. Ça n’a pas été le cas.

Je suis toujours en grande forme,me confie Olga. Pour la célébration de mon centenaire, je suis allée chez Demars à Dinant, ici, au-dessus à Dinant. La vendeuse était sidérée, ce n’est pas tous les jours qu’elle vend un robe à une cliente de 100 ans C’est une robe classique en gris-clair avec quelques touches roses. Je la porterai pour la fête.

LEJ_9818.jpg

Les commentaires sont fermés.