google analytics

03/09/2014

Décès d'Ernest Deville

U N E  V O I X    S ' E S T    É T E I N T E

Ce matin, vers 05.00, notre ami Ernest est décédé dans sa chambre de la résidence. La plus belle voix de la résidence s'est éteinte. C'était un être d'une grande sociabilité, un être passionné par la vie, un être très allègre, très attaché à son épouse et à sa fille. Il avait été très vivement éprouvé par le tragique décès de son fils Marc en 1996. Il avait longtemps dirigé la chorale de Naninne. Il multipliait les activités : tennis de table, théâtre, chorale. C'était un homme plein d'humour et nous regretterons son beau sourire et ses magnifiques yeux bleus. En chaque occasion, activités ou festivités, il en profitait pour donner de la voix. Ce départ nous attriste et nous adressons à Nelly, son épouse et à Maguy, sa fille, des condoléances pleines d'affection et de respect. Entré chez nous en décembre 2012, Ernest était né le 29 août 1926. Nous allions fêter son anniversaire. Nous souhaitons à Ernest un envol vers le paradis des oiseaux chanteurs.

SAM_0770.JPG

SAM_0773.JPG

Ernest est le fils d’Arthur Deville (contremaître) et d’Alice Genard (commerçante en épicerie générale et femme au foyer).

Arthur et Alice ont eu 4 enfants : Pierre (employé, dcd), Marcel (contremaître SNCB, dcd), Ernest et Léon (carrière dans la marine puis employé).

Ernest a fait ses études primaires à Naninne, ses secondaires à Saint-Aubain. Il entre au Ministère vers 1944, directement après la fin de ses études secondaires, dans l’inspection des produits phytopharmaceutiques. Ensuite, il prend en charge l’inspection des maisons de repos (contrôle comptable et inspection de la conformité des lieux). Il entre au Ministère en 44 et y restera jusqu’à sa pension en 1991.

Il se marie en 1952 (le 3 mai) avec Nelly Feraille. Ils ont fait connaissance au sein de la chorale de Naninne (dans laquelle ils chantent tous les deux) en 1946. Puis, ils se voyaient également au club de tennis de table dans lequel jouait Ernest, ils se rencontraient  au théâtre, dans la troupe amateur de Naninne. Ernest y a chanté l’opérette. Il a notamment chanté « Amour d’aviateur ». Aujourd’hui encore, Ernest garde une belle voix. Dans le cadre de cette troupe, Ernest a écrit un grand nombre de sketchs (revue théâtrale annuelle sur les gens, l’actualité du village).Ernest a même tenu, avec les joyeux drilles de la troupe, le rôle d’une majorette dans le cadre de cette revue. Ernest, dit son épouse, était un homme jovial, amusant, très apprécié et qui aimait écrire. Même comme inspecteur, ajoute-t-elle, c’était un homme très gentil, conciliant, bienveillant, apprécié de tous pour sa bonne humeur et sa gentillesse. Beaucoup de souvenirs d’une époque heureuse qui semblent réjouir Ernest et son épouse.  Ernest était également membre du club de pétanque du village. Le couple était donc très actif au sein de la vie socioculturelle du village.

Ernest et Nelly ont eu deux enfants. D’abord une fille, Maguy, régente scientifique à Notre-Dame à Namur où elle va bientôt terminer sa carrière (elle-même mère de 2 fils : Tony (officier de gendarmerie) et Charly (agent immobilier). Tony est lui-même marié et père de deux enfants, Eva et Mathy. Ernest et Nelly ont eu ensuite, beaucoup plus tard, un fils, Marc. Marc, qui était dessinateur à la ville de Namur a trouvé la mort dans un accident de moto en 1996. Il était âgé de 29 ans. C’est une tragédie immense, insurmontable dans la vie du couple. Lors de l’évocation (par Mme Deville) de ce terrible décès accidentel, Ernest Deville est la proie d’une crise de larmes. Bien qu’ayant désormais une conception assez confuse de son parcours et de la constitution de sa famille, l’évocation du décès de son fils l’ébranle un instant.

Le couple a vécu quinze années à Bruxelles avec sa fille aînée, Maguy. En 68, le couple est de retour à Naninne. Ernest et Nelly y resteront jusqu’en 2013. Ernest quitte Naninne pour entrer à Sainte-Anne et Nelly à la Résidence-services.

a mig 1.jpg

Les commentaires sont fermés.