google analytics

01/08/2013

Hommage à Dorette Sovet

Dorette Un.jpgIl y a un peu plus d'un an, Dorette Sovet nous quittait. Cette femme, dans le temps de sa jeunesse, eut un comportement héroïque. Devant des SS déchaînés, dépités par la débâcle et qui incendiaient le village et mitraillaient la population civile, vêtue en infirmière de la Croix-Rouge, elle ne craignit pas de s'interposer, au mépris du danger, réclamant qu'on cessât de s'en prendre au villageois. Son acte de bravoure a sauvé bien des vies. Ce sont un geste sublime et un formidable tempérament qu'il faut saluer. Nous souhaitons en perpétuer le souvenir. Nous désirons aujourd'hui rendre hommage à Dorette Sovet en reproduisant le discours que l'échevine communale, Madame Falaës, prononça lors de ses funérailles.

"Madame Dorette Sovet, dont nous honorons aujourd'hui la mémoire, est issue d'une famille qui possédait à un haut degré le sens du devoir et du dévouement aux autres. Au cours de sa vie, elle aura l'occasion de mettre en pratique les principes dont elle a hérité. Après ses études de régente, elle suit en tant que bénévole, les cours d'ambulancière de la Croix- Rouge. Cette qualification lui servira pendant la guerre de 1940 à 1945 qui s'annonçait. En mai 1940, elle s'offre à servir en tant qu'infirmière dans un train de soldats belges blessés au canal Albert. Ce train se trouve bloqué dans le nord de la France. Il est pris dans les combats autour du réduit de Dunkerque. Il subit donc bombardements et mitraillages. Pendant deux mois, Dorette se dévoue à soigner les blessés jusqu'à leur retour en Belgique en juillet 1940. Dorette est ensuite démobilisée et rejoint son village d'Anhée. Pour son action pendant ces deux mois de guerre, elle est honorée par la médaille commémorative de la guerre 1940-1945. Dans sa maison d'Anhée, avec sa mère qui y a ouvert un poste de la Croix-Rouge et pendant les quatre années de guerre, malgré l'occupation, Dorette s'occupe de tous ceux qui ont besoin de soins. En ces temps de privations, les médecins sont rares et nombreux sont ceux qui fréquentent le poste de la Croix-Rouge pour soigner une blessure, une infection ou recevoir des injections. C'est le quatre septembre 1944, jour de deuil du village d'Anhée, que Dorette a eu l'occasion de révéler sa force de caractère et son courage. Ce jour-là, vers midi, un groupe de SS passent la Meuse et se mettent à exercer des représailles contre la population. Partant du haut du village, ils font sortir des caves les gens qui s'y abritent, fusillent les hommes à bout portant et incendient les maisons. Les femmes et les enfants s'enfuient en hurlant et descendent la rue. Dorette Sovet, entendant ces cris, sort du poste de la Croix-Rouge en tenue d'infirmière et aperçoit le groupe de SS à hauteur de la rue du Bon Dieu. A ce moment, ils ont déjà tué dix hommes et mis le feu dans le haut du village. Sans hésiter, la jeune femme remonte la rue à contre-courant des gens qui fuient. Son audace impressionne les SS qui cessent de tirer en direction des fuyards. Des vies humaines sont ainsi épargnées. Rejoignant les SS, Dorette dit avec fermeté au commandant du groupe que ses hommes tirent sur des civils innocents et qu'ils doivent cesser de le faire. Pendant toute la traversée de ce qui est aujourd'hui la rue Petit, plus aucune victime ne sera à déplorer. Après la guerre, Dorette verra son action courageuse reconnue. Le gouvernement lui décernera la Croix de Chevalier de l'Ordre de Léopold II avec rayure d'or pour acte de courage. Il est juste qu'au moment de son décès et devant le monument aux morts, la commune d'Anhée rende hommage à cette femme de mérite et de courage. Au moment où elle nous quitte, le conseil communal lui dit sincèrement merci."

Funérailles Dorette 19-07-2012.JPG

Les honneurs sont rendus à Dorette Sovet lors de ses funérailles à Anhée

Les commentaires sont fermés.